Menus Plaisirs Art Photographer Charles Mons AURORAWEBLOG

                                            Photo © Charles Mons

 

Dernières lignes, ligne de jambes, ligne de fuite…

Mais les photographies de Charles Mons demeurent, elles.

A voir ici.

 

 

LES STANCES DE BELLA.

(FICTION)

3 ET FIN - POURQUOI ?

 

 

Isabelle gravit l’escalier à sa suite. C’est ainsi chaque fois quand les ténèbres se dissipent.

Que la forme Bella est vidée de son sens. Et qu’Isabelle accepte causes et conséquences.

 

Là-haut et avec lui, elle sera la prise. La proie, la prisonnière, l’otage et la conquise.

Là-haut quand il lui parle, il nomme Isabelle. Isabelle consent enfin à être elle, à reconnaître en soi les fragments de Bella.

 

Elle cheminera dans le labyrinthe.

Cordes aux poignets.

Cravache qui cingle.

Il demandera des choses osées.

Tout ce qui dans sa vie ailleurs n’a pas de place, tout ce qui est possible dans ce monde de glaces, de miroirs sans tain, de fresques aux murs, de lampes qu’on éteint, de vitres sur l’azur.

 

Jeu de pions où à chaque case change le décor, jeu de pions où à chaque case elle dit « Encore ».

Pour finir apaisée sur la marque « Arrivée » d’avoir été sujet, non plus poupée.

 

Discuter un peu, boire un verre d’eau, rajuster ses cheveux, prendre son manteau.

Attendre qu’il dise « Tu me surprends, tu sais… ».

Espérer qu’il dise « Je t’appellerai ».

 

Puis le grand tourbillon reprend son cours…

La robe de Bella colle à son corps.

Robe trop légère pour la fin du jour.

C’est presque l’hiver, il fait froid dehors.

 

 

 

(FIN)