F COMME FANTASME ( 5 ) ( non réalisé): LE GRAND ESCALIER ...

 

C’est un grand escalier…Remonterait-il de caves obscures ? Qui sait ?

Il ressemble à celui, labyrinthique, de l’ « Année dernière à Marienbad », (ou peut-être l’ai-je ainsi rêvé, il y a si longtemps que j’ai vu ce film…) un opus signé d’Alain Resnais, sur un scénario de l’encore débutant… Alain Robbe-Grillet !

Cet escalier paraît sans fin, interminable, éclairé de bougies, il s’en revient des profondeurs, « De profundis », vers où mène-t-il, qui le sait ?

Et je m’y voudrais nue…

Ou recouverte seulement d’une cape.

J’aimerais le gravir avec un bandeau sur les yeux pour un peu de difficulté, un peu d’angoisse.

Mais ce bandeau serait à demi mal placé afin que je voie tout au long, non les marches (puisque tout l’enjeu serait dans mes hésitations à poser le pied), mais la lueur des bougies…

J’aimerais aussi les sentir brûler, dégager leurs volutes parfumées qui seraient comme une sorte d’encens…

Parfois, cet escalier, je fantasme de le parcourir à genoux, d’user ma peau sur la rugosité de ses marches….

Pourquoi ferais-je cette ascension ? Parce que je saurais que tout là-haut, c’est Toi qui m’attends, dans une pièce, un salon, un boudoir dont je dois tout ignorer…

Tu m’y attends, oui, et je ne sais ce que Tu m’y as préparé.