«  A la station balnéaire

Tu t’es pas fait prier

J’étais gant de crin geyser

Pour un peu je trempais :

Histoire d’eau…

On m’a vu dans le Vercors

Sauter à l’élastique

Voleur d’amphores

Au fond des criques… »

 

ALAIN BASHUNG

 

 

Lieux communs

Sur le « lieu commun »

Où Madame,

Jamais à court d’amalgame,

Mélange sa petite histoire

Et la Grande,

Efface le devoir de mémoire

Lancinante…

 

Madame rêve

D’esprits ouverts

Madame rêve

D’esprits ouverts.

 

Et la voici victime

Pour s’attacher l’estime

Qui ne tarde pas

Qui passe par là…

Elle dit entendre résonner

L’hallali,

Les hauts cris du passé…

L’orgue de Barbarie

Serait donc ressorti

De quelque âme bien sombre

Pour lui faire de l’ombre

Face à ses vacheries !

Madame attendait mieux

De "son" lieu.

Laissez-moi rire

De son délire…

 

Madame rêve

D’esprits ouverts

Madame rêve

D’esprits ouverts.

 

La quarantaine décidément

Sera l’âge des faux-semblants.

Militante ? Elle ? Sourire …

De beaux combats pour l’avenir !!

A eux deux et en deux mois

Ils auront récrit l’ Histoire,

Celle qui porte un grand H,

Ils l’auront prise à coups de hache

Même si c’est dur à croire

Ils auront aussi tenté ça !

 

Madame rêve

D’esprits ouverts

Madame rêve

D’esprits ouverts.

 

Ses petits ciseaux à la main,

Elle taille dans le Destin,

Elle met en demeure

Dans ses sautes d’humeur,

Fait des coupures

Obscures …

La césure, la censure

Finissent par la piqûre,

Le venin

Purpurin

D’un aspic

Dans la Dialectique…

 

Madame rêve

D’esprits ouverts

Madame rêve

D’esprits ouverts.

 

Mais ses indignations

Sentent les relents froids

Et ses comparaisons

Laissent sans voix !

Qui a fermé les esprits ?

Qui donc a fermé les esprits ?

« Le voyage au bout de la nuit »,

Qui en a bordé le lit ?

 

Lieux communs de Madame,

Digressifs et sans âme,

Une parlote inutile

Au royaume du futile…

Les vrais transgressifs s’en sont allés :

Ils ont été éliminés.

En attendant les bûchers à venir,

Madame se lamente et soupire…

 

Madame rêve

D’esprits ouverts

Madame rêve

D’esprits ouverts.

 

La nuit Elle ment

Elle prend des trains

A travers la plaine

La nuit Elle ment

Effrontément

La nuit Elle ment

Elle s’en lave les mains

J’ai dans la tête

Des montagnes de questions

Où subsistent encore des échos

Où subsistent encore des écho