E COMME EXPRESSION ( 2 )... LE ROI DES GLACES ...

Hommage en négatif à "La Reine des Neiges", mon conte préféré d' Andersen.

Viens que je te lise

Dans ce vieux grimoire

La douleur conquise

Comme une victoire,

La souffrance exquise

Au bout du couloir,

La rencontre d’un jour

Qui devient  amour,

Les cartes du jeu

Sous nos doigts glorieux.

Mais des jours anciens

Tu sauras la fin…

 

Bois le calice

Jusqu’à la lie:

Le lieu du vice

N’est pas ici.

La coupe est pleine

De guerre vaine.

Il se dit lassé,

C’est l’année passée:

Trois cent soixante cinq jours entiers

Et pas un souffle, pas une buée,

Je n’arrête pas, je n’arrête jamais

De le donner à, de le raconter.

 

Plume d’automne

Poignard  affûté,

Cadeau de gorgone

Alcool  empoisonné.

Viens que je te dise

L’endroit où se perdent

Toute vocalise

Toute pensée en herbe

Les sens qui font mal

Le sens qui détale

La vérité tue

La vérité nue…

 

Le roi de l’ombre,

Le pape des ténèbres,

Tient dans sa main sombre

L’épée et le glaive.

Il a le vouloir,

L’onde maléfique,

Il a le pouvoir

Informatique.

Il prêche le faux,

Il transforme le beau

En bave de crapaud:

Légende et chaos,

 

Donne à ses semblables

Un os à ronger,

Le ciel vulnérable

Bientôt va trembler...

C’est un anniversaire

C’est la fin des lumières,

Dans sa nuit glacée

Il nous fera sombrer.

De faibles lueurs

D’étranges lamparos

Tentent pour l’honneur

D’avoir le verbe haut.

 

On ne gagne pas

A ce jeu de maux,

On ne revient pas

De l’enfer des crocs.

On laisse sa peau

Par manque de pot,

Par manque de blé,

Greniers gelés.

Alliés détournés

Sur ses terres privées,

Le roi du veto

A eu le dernier mot

 

C’est un anniversaire

C’est la fin des lumières

C’est l’année passée

Trois cent soixante cinq jours entiers

Sans me dénier

Sans me renier.

 

 

                        

                         28/10/2002.................28/10/2003