L’impertinente sœur de plume Bricabrac a publié, il y a deux jours, sur son blog que les adultes sont, comme toujours, vivement invités à visiter, une note caustique accompagnée d’une carte postale trouvée à Amsterdam…Lui ayant laissé un commentaire selon lequel, pour avoir été incitée en mon jeune temps à brûler mon soutien-gorge et avoir mené alors les combats nécessaires dans la vague féministe, je pouvais bien la suivre dans son onde de choc humoristique vénéneuse. Ni une, ni deux : elle m’a adressé la carte qui convenait le mieux à mon cas. C’est celle que vous voyez ici.

 

Je ne me suis jamais sentie schizo entre mon état de soumise et mon engagement féministe.

J’en dirai plus là dessus le huit mars : j’aime les dates symboliques.

De toute façon et c’est encore Bricabrac qui le dit dans un autre de ses textes que les adultes chercheront chez elle, tout est dans le choix de l’autre, la personne qui nous fait face ou volte ou mieux encore, qui est à côté de nous.

En ce sens, je préfère aujourd’hui être la « docile » de quelqu’un qui a milité avec le MRAP que la (dé)confite épouse d’un fringant quinquAgénor vanille en proie au démon de midi ou à celui de l’ appel mystique….

En revanche, pour pouvoir apprécier la dérision de cette carte postale, il faut avoir connu l’affiche d’autrefois, celle qui exhortait à brûler nos soutifs…

Et ne pas oublier la première pour rire bêtement en voyant la seconde. Parce que tous les combats des femmes ne sont qu’en sommeil et qu’il nous faudra peut-être reprendre le flambeau demain.

Le Libé du  mercredi 23/02 évoquait dans une brève le livre que le Pape (dont je déplore évidemment de toute mon humaine compassion le lamentable état physique à l’heure où je mets en ligne) s’apprêtait à publier « Mémoire et identité » : il y rapproche holocauste et avortement.

Voici la citation que donne Libération :

« Un Parlement régulièrement élu a porté Hitler au pouvoir (…) Ce même parlement(...) lui a ouvert la route pour la politique d’invasion de l’Europe, l’organisation de camps de concentration et la mise en œuvre de la solution finale. (…) C’est dans cette perspective que nous devons nous interroger au début d’un nouveau siècle sur certains choix décidés dans les Parlements des régimes démocratiques actuels. (…)Ce qui vient immédiatement à l’esprit, ce sont les législations sur l’avortement. ».

Les coupures sont faites par la rédaction du journal et j’admets volontiers qu’avant de juger il vaudrait mieux connaître le contenu entier dans son contexte. Mais bon, il y a tout de même là-dedans du raccourci étonnant…

 

De quoi remettre, certes, son soutien-gorge puisqu’il en est de si jolis mais, quitte à se brûler le cerveau, le faire en lisant l’extraordinaire ( et le mot est faible ) « Traité D’Athéologie »  (« athéologie », néologisme « inventé » par Bataille en 1950 et non « athéisme » ce qui fait une immense différence) que Michel Onfray vient de publier chez Grasset, œuvre philosophique d’une rare ambition mais pourtant d’une limpidité de style qui la met à la portée de tous .

Ne serait-ce que pour y découvrir que les trois monothéismes ont pour point commun de se fonder sur des haines et notamment celle des femmes et celle des corps.

On le soupçonnait bien un peu (soupir) mais mieux vaut le voir démontré exemples à lire à l’appui : ceux Du ou plutôt Des trois Verbes…