HANS BELLMER

 

J’étais une et plusieurs.

C’est bien toujours ainsi ?

J’avais mille saveurs,

J’avais des noms jolis :

Le nom de l’éphémère,

Le nom d’un beau jardin,

Le nom d’une couleur,

Et le nom du matin.

 

J’étais une et plusieurs.

Rien n’était interdit,

Dans le livre  des heures,

On n’avait rien inscrit.

J’étais une et plusieurs

Mais c’est toujours ainsi !

Et mon grand détracteur

Faisait de même aussi…

 

Mes noms ont disparu

Parce qu’il l’a voulu :

Il les a effacés.

Les siens ont disparu,

Ou alors se sont tus,

Quand je les ai nommés.