E COMME ENVELOPPEMENT ...

Je n’ai aucun problème avec l’alphabet. Je vous rassure.

Simplement, je vais au gré de ma pensée… J’évoque ici mes pratiques, je veux dire les nôtres, celles de M. et les miennes. Nos pratiques BDSM. Je ne prétends pas être exhaustive puisque nous ne faisons pas TOUT mais seulement ce qui nous plaît. Qui nous procure du plaisir. Un commun plaisir. Parce qu’il est le reflet de notre amour.

C’est en cela que cette « Encyclopédie BDSM » restera à jamais une « Encyclopédie personnelle ». Par moi, vous ne saurez pas tout du BDSM (Ah ! le fameux acronyme…) ou du SM ou de la D/s… Vous ne saurez que le vécu d’Aurora, une soumise un peu maso parmi tant d’autres…

 

Alors  « Enveloppement » pour ce soir !

 

Non, non il ne s’agit pas de faire de la pub pour l’un de ces instituts de beauté qui prétendent vous faire perdre votre cellulite en quelques séances d’enveloppement avec des boues marines miraculeuses…

Mais pour évoquer cette pratique que j’aime, j’avais le choix entre ce titre ou celui de momification !

Et j’ai choisi de vous épargner le retour de la momie ! Puisque tôt ou tard, Hollywood vous le proposera…

 

Bon, à priori, ça n’a rien de très attirant. C’est tout simplement se faire emballer des pieds à la tête, ou de la tête aux pieds, comme vous voulez, avec un film plastique, genre Albal alimentaire… Côté esthétique, il vaut mieux penser à utiliser plusieurs couleurs, histoire de géométrie, toujours…

 

C’est dans la famille « bondage et contraintes »… C’est à dire que ça ne fait pas mal.

Mais la sensation « étrange » est garantie…

Le bondage laisse la peau à l’air libre. Là, on recherche un résultat différent.

Le film plastique adhère totalement à la peau, s’enroule en tourbillons, en volutes autour d’elle… Le corps est totalement investi : plus une phalange ne bouge…

 

On commence aussi à avoir très chaud là-dedans, certains kamikazes « hard » enveloppent même le visage ne laissant qu’un trou pour les narines…

 

Moi non, je préfère que le visage reste à découvert pour montrer toutes les impressions ressenties…

 

A la fin, il faut qu’Il me porte puisque me voici marbre brûlant… Et là, bien sûr, et c’est le coup de le dire, je me sens totalement prise en charge… Et aimée en plus. Parce que ce « pouvoir » déposé à ses pieds, je sais que M. en usera avec la plus grande des bienveillances.

 

Moment intense pour éprouver ma propre confiance ainsi parée mais complètement privée du moindre mouvement…

 

Et à la fin, le tout petit jeu avec la peur… Car l’ « enveloppement » ne peut se défaire qu’au bistouri ou au cutter.

Le « jeu »  esthétique consistant à découvrir d’abord une partie du corps : un sein, puis les deux.

Ou les fesses pour quelques coups de canne sur les deux globes déjà chauds.

 

La même chose peut se pratiquer avec des bandelettes : alors c’est vraiment le dessin d’une momification qui apparaît. Joli aussi. Et là, pour conclure, on déroule, tout simplement.

 

Je vous l’ai dit déjà : chez nous, il y en a pour tous les goûts.

L’essentiel étant de faire ça avec celui qu’on aime.

 

Parce que sinon, c’est vrai qu’Albal ou la bande Velpeau, cela n’aurait rien d’érotique…

 

PS. Je me dois de vous le dire en toute honnêteté : l’un comme l’autre n’ont aucun effet sur la cellulite !