LA FEMME QUI ECRIT ( PICASSO )

 

J’aimerais, SVP, que vous répondiez à la question qui se trouve tout à la fin de mon post en vert. Merci.

 

 

J’ai décidé samedi de rouvrir mon blog aujourd’hui.

Il me faut un peu de courage pour le faire parce que nous revoici et par là-même, me revoici aujourd’hui de nouveau attaquée par la même personne sur les listes MSN.

Le monsieur n’a pas apprécié je suppose ce qu’il voit de « transparent » à son encontre ici. Mais, rien n’est « transparent » ici, pas plus et sous la même forme que le pastiche dont il nie qu’il ait un quelconque rapport avec ce blog…

 

Alors, soyons clairs : dans un profil MSN qui permet de s’abonner à ces listes, il y a une case « mon site web ». Marden a toujours figuré sur ces listes sous le profil Mardenalba, qui situait donc le pseudo d’un homme en couple. D’où un lien fait par M. dans la fameuse rubrique vers mon blog. Et la fameuse assimilation : « le site de Marden ».

Voilà donc un lien qui est supprimé du profil de Mardenalba sur MSN.

 

AURORAWEBLOG a donc retrouvé son indépendance totale.

Et Marden n’ayant plus de « site perso », on est prié de l’interpeller sur les listes MSN ou à son adresse mail qui y figure.

 

Ce qui me fait sourire, ce sont les gens qui sur le même type de profil indiquent par exemple en site personnel IDF Libertins, un site privé de libertins d’Ile de France, dont ils sont simplement adhérents.

Quelqu’un qui souhaiterait s’en prendre à l’homme du couple irait-il jusqu’à s’attaquer à IDF Libertins ?

Enfin, je rassure un certain : non, je ne suis pas folle, je vais très bien de ce côté-là, merci. Et je suis très amoureuse…

 

Je reprends donc MON blog. Et je vous livre ici la petite chronique d’une semaine pas si anodine que ça…

 

Tout d’abord, vivre sans blog, ça me paraissait bien difficile. Et M. était furieux et malheureux pour moi de ce que j’avais fait.

C’était quelque chose de douloureux pour lui aussi : je venais de saborder son cadeau.

Alors qu’il avait tant voulu me l’offrir, cette page d’écriture.

 

Et puis, surtout, j’étais incapable d’écrire un seul mot. Panne sèche. Totale. Je tapais deux lignes et je voyais le pastiche ! Je refermais Word.

 

Il y a eu ensuite tous vos messages qui, par leur immense gentillesse, ont, au fil des jours, fini par éloigner de moi ce fameux pastiche.

Ce pastiche, quand la douleur était trop vive, je l’ai d’ailleurs envoyé par mail privé à l’une d’entre vous, une seule, parce que j’avais besoin que quelqu’un me dise si oui ou non, ce torchon ressemblait à mon blog. Son message m’a beaucoup aidée. Qu’elle soit anonymement remerciée ici.

 

Une autre aventure m’est arrivée. Une personne a lu une petite partie de ce blog, le début pour être précis, et pour des raisons qui n’ont aucun intérêt à être narrées ici, cela nous a amenés à avoir un bref contact épistolaire et à échanger un coup de fil. Je me suis rendue compte qu’au travers de ce petit endroit au thème bien restrictif, je faisais passer beaucoup de choses de moi, de ma personnalité dans ce que je mettais en mots. Que ce monsieur reçoive lui aussi ici le merci qui lui est dû.

 

Je suis aussi retournée sur un chat ( sous notre pseudo de couple et sans recherche aucune sinon le plaisir de la conversation « live »). De ce chat-ci, j’ ignorais l’existence. J’y ai eu peu d’échanges mais ils m’ont tous convaincue que j’aime en fin de compte beaucoup les pratiquants de l’ombre avec leurs problèmes et leur mal de vivre, leur difficile quête qui est toujours une recherche d’épanouissement et qui semble aboutir si rarement. C’est cet océan de rêves que je m’efforce de traduire ici en mots et en images. Même s’ils n’en liront jamais la moindre ligne, ce blog est quelque part aussi le leur, le récit d’un parcours qui a bien fini, histoire de leur dire que cela n’a en fait rien d’extraordinaire.

 

Enfin, à ma demande, quelque temps avant « le grand clash », un jeune photographe français m’avait accordé sa confiance pour reproduire ici ses photos et les mettre en mots à ma manière.

C’est justement en repartant de ses images que j’ai pu ce week-end retourner vers mon clavier pour recommencer à écrire et que mon blog renaîtra donc ainsi ce soir.

Qu’il en soit assuré, je lui suis infiniment reconnaissante d’avoir eu ce stimulus incomparable pour redémarrer alors que l’écriture même semblait me fuir et que la chose en soi était pour moi si dramatique…

 

L’écriture est tout sauf anodine, je viens d’en faire une nouvelle fois l’expérience.

Je me rends compte aussi combien l’écriture en ligne présente des dangers.

A la différence du cahier où l’on consigne à la main nos écrits, les blogs nous permettent d’être lus. Le contrepoint est donc qu’ils sont une porte ouverte et que chacun s’y sert comme il veut, pour peu qu’il soit malhonnête.

 

J’ai toujours écrit. A l’exception des poèmes que je pouvais faire, le reste est toujours resté inachevé parce que je le savais non digne d’être publié.

Je ne suis pas Madame Colette. 

Mes écrits n’ont aucune prétention. Cependant, les donner ici, les partager me fait plaisir.

Je tiens à eux. Ils viennent de mon cœur, de mon âme. C’est leur seule valeur.

Cela n’autorise pas le premier malotru qui passe à se les attribuer sous prétexte que tout le monde fait ça sur Internet…Et ce que je pense là, je le pense pour moi et pour l’ensemble des blogs existants : je vous jure que cela n’a rien d’agréable de se retrouver chez quelqu’un sous une signature autre que la vôtre, votre signature fut-elle un simple pseudo inconnu et non celle d’Honoré de Balzac.

 

Je voudrais d’ailleurs votre opinion sur un point bien précis.

« D’aucun » se défend au sujet des textes « volés » sur mon blog en parlant d’une soit-disant philosophie sacrée prêtée à ces fameuses listes MSN qui serait que l’on « emprunte » tout d’une liste à l’autre (à prouver d’ailleurs que dans ce cas il n’est pas au moins fait mention du nom de l’auteur…).

Comme il paraît suivre avec une attention toute spéciale l'évolution de mon blog d'heure en heure, je souhaiterais qu'il ait un échantillon d'avis de blogueurs, ce qui le sortirait peut-être de ses oeillères de listeur de MSN.

 

Alors, je voudrais savoir si vous apprécieriez, vous, de retrouver des textes personnels de votre blog repris  et signés par quelqu'un d'autre sur un site différent  sans qu’il soit, bien sûr,  fait mention de votre url , de votre pseudo, enfin sans que vous soyez identifiable et reconnu, d'une manière ou d'une autre, comme l'auteur de ce qui vous appartient.