AURORA, C'ETAIT MOI ...

 

( SUITE ET FIN DU POST PRECEDENT )

 

“ …Some one was hurt…”

Cesare Pavese

 

AURORAWEBLOG s’arrête donc ici.

Il me manquera, c’est sûr, bien plus que tout le monde ne peut l’imaginer …Tous ceux qui « écrivent » ici, au clavier, à l’appareil-photo me comprendront…Et c’est une décision qui n’a pas été facile à prendre : toute une longue nuit et une aussi longue journée…Mais je suis blessée.

 

AURORAWEBLOG a eu deux inspirateurs : l’un volontaire, M. qui me l’offrit et l’autre à son corps défendant, qui est celui que je qualifierai de « mon meilleur ennemi ». Avoir un amour, c’est stimulant, cela vous apporte la joie indescriptible, phénoménale, d’écrire pour lui.

Avoir un « meilleur ennemi », ça l’est aussi. Cela force à se dépasser pour écrire mieux encore.

Et puis, en me « chassant » de chez lui, « mon meilleur ennemi » m’avait fatalement, du même coup, envoyée écrire ailleurs. Ecrire ici.

M. est toujours là dans ma vie. J’ai dit « Adieu » à « mon meilleur ennemi » dans mon post précédent.

 

AURORAWEBLOG a eu aussi des racines : Madame Françoise Allain ( l’auteur de « Début », de « Suite » et de tant d’autres ouvrages ) était celles-ci.

A cette « Licorne », j’envoie un salut fidèle et je sais que je la retrouverai toujours dans ses livres, passés et futurs.

 

Pensant s’en prendre à Marden, tous les décérébrés des listes BDSM de MSN se sont trompés de cible : AURORAWEBLOG était à moi et non à lui, c’était mon espace d’écriture totalement indépendant des notions de « Maître » et de soumise.

Mais les idées imbéciles du BDSM basique et ignorant (que je regrette de n’avoir pas assez dénoncées et pourfendues ici) ont la peau dure. Ainsi la soumise, appartenant bien évidemment au Maître, tout ce qu’elle possède, qu’il y ait contrat ou pas, appartient fatalement au Maître. Donc, tous ces pourceaux croyaient avoir ici trouvé le nid qu’ils cherchaient.

 

Cela n’apparaissait pas sous les mots mais j’étais quelqu’un d’immensément fragile pour tout ce qui touchait à ce weblog. Je l’ai écrit une fois : il était symboliquement l’enfant que M. et moi n’aurions pas puisque je suis entrée en quarantaine. Il était donc l’aubade à cet amour, ce fruit qui, ne pouvant être de vie, serait alors de mots. Comme les êtres, les mots ne meurent jamais.

 

Et puis, je me suis prise au jeu : AURORAWEBLOG, de part son « sujet original » a été très vite et très bien référencé par les moteurs de recherche. Le blog avait en moyenne, par exemple ce dernier mois, 1600 pages vues par jour. Et ça aussi, cela donne le désir d’être meilleur.

 

Je ne pensais pas qu’arriverait ce qui est arrivé ces derniers jours, l’affaire du plagiat de mon blog par l’animateur de cette liste MSN. De cela, sont nés des messages ignobles sur la plupart des listes : menaces, diffamation de tous ordres et, comme je l’ai dit, personne n’a réagi. Non pour Marden, mais au moins pour moi qui étais tout de même la victime de cette affaire. Ils sont restés dans leurs petites annonces de cul, se plaignant même d’être dérangés par la polémique qui enflait. Moi, ça m’a fait très mal.

 

 

Je sais que je n’écrivais pas pour ces gens, qu’ils ignoraient l’existence du blog jusqu’à cette histoire, je sais tout ce que Marden  m’a dit aux petites heures de ce matin pour me raisonner…

Mais, comme c’est souvent le cas dans la vie, il y a eu hier soir une petite goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Et je n’arrête pas de pleurer : ça fait beaucoup d’eau. Trop d’eau pour une O.

 

A bout d’arguments, l’autre salopard (pardonnez-moi, je ne trouve pas meilleur terme) dans sa joute scripturale sur ces néants béants des listes BDSM de MSN (cette opinion n’engage que moi et non Marden) n’a rien trouvé de mieux, passée la mi-nuit ce jour, que d’aller prétendre sur l’une d’entre elles que je pourrais n’être qu’un fantôme et non une femme mais un ectoplasme issu de la « schizophrénie » de Marden …

Marden… Marden, que personne ne connaîtrait selon notre Grand Spécialiste alors que M. fut, pendant des années, l’organisateur ( et non le professionnel, j’avais promis de vous expliquer ça plus tard mais voici que le temps m’aura manqué pour le faire ) des « Nuits Rouges » marseillaises, la seule vraie manifestation de soirées BDSM dans le 13, « Nuits Rouges » qu’il interrompit à ma demande tout juste un an après notre rencontre, parce que je ne pouvais plus supporter par jalousie qu’il côtoie les « clientes** » de ses soirées, ne fut-ce que de loin…Aussi jaloux que moi, il me comprit…

 

Voilà qui nous étions.

Un couple comme tant d'autres.

Mais nous existions bien.

Et nous étions bien deux à écrire.

Moi, le weblog.

Lui… Sur les listes BDSM de MSN !!!

 

Il y a deux ans de cela, par colère envers les attaques que je subissais sur un site, il abandonna son pseudo là-bas.

Deux ans après, par lassitude envers les ignominies qui le visent sur les listes BDSM de MSN, par déprime envers les insultes que je reçois ici en commentaires, j’abandonne mon weblog.

Parfait parallélisme.

 

Lui a le cuir plus tanné que moi. Je ne suis pas ainsi. Je ne peux m’empêcher de lire et de relire sur ces listes ce « pastiche » de mon blog avec ses illustrations pornographiques, ces fils de messages injurieux.

Et à la fin, mon blog, je finis par le voir comme ça, à l’image de cette saleté et à dix mille lieues de moi. Et c’est moi qui me sens sale.

En fait, je voulais ce soir « saborder » mon blog en passant ce pastiche, texte et images ici, ainsi que les différents forums qui en ont découlé, et en l’attribuant, moi, à son véritable auteur. Marden n’a pas voulu.

Il dit que c’est à vous qui me lisiez que j’aurais fait injure en publiant ceci ici…Ici où nous n’avons jamais joué avec le feu de la pornographie et des images ignobles.

 

Il y a eu aussi ce mail privé que M. ne m’avait pas montré et où l'infâme porc affirme que Christine  du site RdF…(elle se reconnaîtra) a bien ri de tout cela.

Et bien, continue de rire, Christine…

Dans ce même mail, le brillant auteur des textes des autres (plus de 30 sur son site et sur les autres listes) jouait aussi les critiques éminents pour affirmer que mon texte de la semaine dernière, « La Docile de Marden », était nul.

 

Et puis, ce matin, M. a du effacer du blog de nouveaux commentaires en provenance de notre spammeur fou du mois dernier, habitué des listes en question, qui ayant eu vent du problème est venu faire le charognard ici en me postant notamment ce texte :

 

COMMENT: AUTHOR: Mike Miki EMAIL: URL: http:// IP:XXXXXXXXXXXXX

DATE: 11/16/2004 08:40:49 Ecoutes moi bien mythomane , va te faire E......Avec un grand E.....De la part de Mike Miki st nitouche et ton pauvre choux assumer quant on cherche la merde...... Miki

 

J’ai placé des X sur le numéro d’IP de ce commentaire qui a été rajouté dès cette après-midi à ma plainte en cours contre cette personne. Cependant, je suis fatiguée.

 

Qu’il en soit cependant fait comme le désire Marden. Rien de ce que j’ai été amenée à lire et à subir ne vous parviendra, ne vous heurtera. Rien d’outrancier, de franchement pornographique ne sera publié ici. Je vous quitte seulement sur la pointe des pieds. Mais je m’en vais.

Vomir.

 

Ce blog est abonné jusqu'en mars 2005. Je continuerai de l’abonner par la suite : je désire qu’il vive et témoigne de ce que j’avais voulu faire de lui: donner une image différente du BDSM et mettre un amour « à part » en mots.

Je veux croire encore ce soir que j’y ai réussi en partie.

 

Le hasard fait que « L’Encyclopédie » n’aura donc jamais de fin. Le signe du destin est qu’elle s’interrompe au milieu de la lettre M. Tout un symbole.

M. : mon amour.

M : le milieu de l’alphabet.

M : le milieu BDSM.

 

Ceux de ce milieu qui sont inscrits sur toutes ces listes, à baver à la recherche d’un os ou d’une vacherie à dire, sauront ainsi ce que je pense d’eux. Ils vont, c’est sûr, se réjouir de cette fermeture inespérée du blog qui dérangeait et détonnait dans leur nullissime production ambiante mais je leur réserve aussi un dernier mais très personnel message de ma part : « Je vous emmerde, toutes et tous ! »

 

Il n’en est pas de même pour vous, ami(e)s blogueur(se)s…

Je remercie toutes celles et ceux qui m’ont lue fidèlement et si longtemps.

 

Il y a aujourd’hui tout un tas de blogs BDSM ici et là. Il y a en a un excellent ( Bonsoir, chère M…). J’espère que des gens sauront le découvrir. Je ne la cite point de part la grande qualité de ses textes : j’aurai trop peur qu’elle soit demain plagiée par le même crâne vide qui ne sait que voler les mots des autres.

 

Avant de partir, je vais cependant vous indiquer les url u-bloguesques que j’ai tant aimées depuis quelques mois et qui, ne traitant pas du thème BDSM, ne risquent pas d’être « pompées ».

Je remercie ici Knoop et Jefumencachette pour m’avoir apporté de vrais bonheurs de lecture. Ma mémoire gardera une indéfectible amitié virtuelle pour elle…

 

Un clin d’œil au rébus Xioix manquerait avant mon départ.

 

Côté poésie, je vous envoie chez Karmasutra, assurée de ne pas vous décevoir.

 

A mes blogs amis déjà cités dans d'autres notes, Falo, Klodd, Samantdi, Ludecrit, Richard G (Semanteme), Anne et ses mille et une vies, à Rhalph, Gwen, Aviva, à la Veuve Tarquine, à Backdoor, à Gazobumeu ainsi qu’à Jean-Luc ex-Mediatic où qu’il soient tous les deux aujourd’hui sur la Toile, à tous ceux que j’ai pris plaisir à lire sur 20six, j’adresse mes plus tendres pensées.

Je vous ai tous aimés, vous, mes auteurs préférés de 2003-2004.

 

Une pensée toute spéciale pour le subtil Trasimarque, qui comprenait très bien mon univers.

Une autre pour Stéphane Le Solliec qui créa Metablog, l’ancêtre de U-blog, sur lequel je fis paraître mon tout premier carnet.

Mille excuses à tous celles et ceux que j’oublie de citer ici dans ma hâte à rédiger ce dernier post.

 

Je ne reviendrai pas commenter sur U-blog. Mes mots vont maintenant se taire. Pardonnez-moi cette fausse absence, ce mutisme, car je vous assure de passer vous lire en silence, quotidiennement, comme d’habitude. U-blog est ma source, je serai toujours là pour y boire.

 

Un dernier merci à toutes celles et ceux qui, ne possédant pas de blog ont laissé ici, pendant des mois et des mois, leurs commentaires ainsi qu’à tous les lecteurs qui n’écrivaient rien mais qui revenaient au fil des jours et enfin à ceux qui, désireux de rester anonymes m’écrivaient via le mail du blog.

 

Et voilà, c’est déjà fini…

Il était une fois un blog.

 

 

AURORAWEBLOG dans son ensemble est dédié à MARDEN,

l’esprit dans lequel fut rédigé AURORAWEBLOG à Madame Françoise Allain,

le sens que j’ai souhaité donner à AURORAWEBLOG à mon fils de huit ans ( j'espère que lui, qui manifeste déjà de grandes qualités de tolérance, pourra le lire un jour).

 

Enfin, parce que je considère que c’est mon « meilleur » texte, ma nouvelle « Ma japo-niaiserie - Nouvelle sur des images de Norio Sugiura » est dédiée à D.E., un pseudo du monde BDSM de l’été et de l’automne 2002… Comprenne qui pourra...

 

*Réédit 13/11/04

On n’en a jamais fini !

Voici qu’aujourd’hui, le détracteur exploite (sur une liste MSN) le mot « clientes » que j’ai employé  hier un peu plus haut dans ce texte au sujet des soirées des Nuits Rouges afin de laisser entendre que peut-être Marden tariffait ses services et que c’est de cela dont j’aurais été jalouse.

Tout d’abord, malgré ma fréquente lecture des Petites Annonces BDSM en tous genres et malgré mon œil critique à leur égard ainsi qu’une certaine expérience du milieu maintenant, je peux affirmer ne pas connaître de Dominateur vénal.

J’entendais par « clientes » le fait que ces dames (généralement en couple d’ailleurs) payaient un droit d’entrée, non à M., mais au patron du club où ces fêtes se déroulaient une fois le mois.

Marden n’a jamais reçu qu’un maigre pourcentage sur ces entrées (le "remboursement" des frais d'organisation: affiches, téléphone, matériel fabriqué et fourni, etc...). Et pour ce qui est de s’y payer en nature, c’est oublier bien vite que celui qui organise une soirée, quelle qu’elle soit, en est aussi responsable et se doit d’être présent partout à tout instant et d’avoir l’œil à tout. Ma jalousie était donc d’ordre tout à fait personnel : elle fait partie de mon caractère. J’étais jalouse aussi de ses collègues de travail. Nous avons la chance d’être semblables en cela : il ne supporte pas non plus les miens !!!

 

Pour ce qui est, une nouvelle fois, des extraits de textes d’auteurs publiés sur ce blog, je m’enorgueillis d’avoir fait connaître par ce biais, aimé peut-être et vendre, qui sait, quelques-uns de ceux que j’ai cités.

Je n’ai pas fait autre chose ici que ce que je fais dans ma classe chaque jour.

Idem pour les photographes : je sais avoir fait apprécier Norbert Guthier qui était pour beaucoup un  inconnu…

Et si je n’ai pas toujours eu connaissance du nom de tous ces maîtres de l’objectif, ils peuvent m’écrire et le crédit auquel ils ont droit leur sera immédiatement attribué ou leur œuvre enlevée s’ils le préfèrent…