Voir réédit nécessaire avec rajout en vert au bas du texte de mon post d’hier ici.

 

Je reviendrai. Parce que ce blog page vide engendre de l’eau dans le gaz, même chez nous à la maison. Parce que M. pense que j’ai laissé le terrain aux cafards.

Et parce que ses arguments, je les retrouve en filigrane dans quelques uns de vos messages posés sur ma note d’hier où dans le mail de ce lecteur qui m’écrit :

 

…je ne peux cependant m'empécher de noter qu'en agissant de la sorte, vous donnez implicitement raison à ceux qui apparemment voulaient vous faire taire ...

 

Je ne reviendrai pas ailleurs ou autrement. C’est ici que je reviendrai. Chez moi.

Il me faut seulement quelques jours, le temps que le mal laisse à nouveau la place aux mots…

Merci à ceux qui m’ont écrit sur le post, sur le mail.

Merci à ceux qui m’attendront.