M COMME MENOTTEE ...

 

Menottée, étonnée, je suis la candide et la sage,  la tranquille sans orages, qui attend paisiblement… Je suis patiente, je savoure mon attente, je remue un peu à peine mes poignets qui ne se plaignent dans leur prison de métal, dans leur carcan idéal, dans leur cocon  d’acier froid qui s’échauffe sous mes doigts…

Et j’aime les cadenas qui renforcent l’impression d’être doublement à Toi, d’être enfin Ta possession.

Je ne ferai pas un geste, je ne dirai pas un mot : tout autour le temps s’arrête, l’espace est peuplé de beau, je suis dans mon petit monde, dans mon intime intérieur, où mon esprit fait la ronde et nage dans le meilleur.

Et si j’ouvre un peu les yeux, c’est pour que Tes yeux d’automne croise mon regard qui veut, mon regard qui s’abandonne…

 

PS : Et c’est pour cela que j’en porte une, même pas une paire, en miniature, au bout d’un cordon autour de mon cou, dans le « civil », pour être toujours avec Toi et qu’elle me porte chance…