M COMME MENTOR ( OU SUR "DEBUT " DE FRANCOISE ALLAIN - EDITIONS BRUNO LEPRINCE -  2001 ).

 

Je dédie ce texte à Trasimarque, qui aima tant ce livre…

 

Lorsque je n’étais rien du tout, juste un embryon de soumise, une esquisse de masochiste, lorsque je n’avais pas encore de pensée personnelle sur le BDSM, lorsque je ne faisais que chercher à comprendre, c’est à dire à me comprendre, ce furent les textes d’une licorne sur un forum où j’errais de pseudo en pseudo, qui commencèrent à me permettre d’avancer.

 

Plus tard, la lecture ( conseillée par M., heureusement rencontré entre temps ) de « Début » de Françoise Allain fut une étape importante, si importante que je n’ai pas voulu traiter de cet ouvrage dans ma section « Littérature », tant il détonnait parmi les autres, tant il correspondait à une mise en lumière de ce mot « Mentor » . Je savais donc qu’il importait de le garder pour cette entrée-là.

 

Il s’agit d’un récit, d’un vrai. Qui pourrait jamais en douter alors que chaque page, chaque ligne, sont criantes de vérité ? Un récit réaliste, sans auto-complaisance, très bien écrit qui plus est.

L’histoire d’une femme adulte qui arrive à un carrefour de sa vie : là où tout paraît être définitivement en place se produit une de ces fêlures qui peuvent détruire définitivement. C’est une femme forte, elle a la force de survivre à des années perdues en vain.

 

Et puis, elle rencontre un homme. Tout banalement. Mais pas un homme comme les autres. Un homme qui va lui faire découvrir les sentiers de la soumission mais aussi la parfaire, l’amener à être enfin elle-même complètement. De tous les livres qu’il m’a été donné de lire sur le sujet des relations SM, « Début » est le seul qui rende cette idée de complétude et qui évoque les chemins qu’il faut emprunter pour y parvenir.

Car l’homme rencontré n’est pas un « dominateur » comme il en est tant malheureusement, c’est un amant, un compagnon, un ami, un « maître », mais un « maître » au sens étymologique : « Maître » qui enseigne à vivre, à penser, à être, c’est à dire un Guide, un Mentor…

Un homme rare qui sait « flairer » une femme rare en devenir. Un homme qui vous fait progresser, avancer en révélant ce que vous aviez déjà en vous.

Dans « Début », on va bien au delà de la seule apparence de la fête sexuelle, on explore avec une minutie entomologiste ce qui fait que « c’est dans la tête » que l’on marche vers un ciel plus bleu …

 

Mais j’en ai déjà trop dit. Le seul conseil qu’il me reste à donner est celui de lire ce livre. S’il n’en est qu’un à vous procurer , si vous avez quelque curiosité sur le SM, que ce soit celui-là…

Sourire… Je pense que Trasimarque vous le confirmerait.

 

J’avais tant de mal à choisir que j’ai « emprunté » à « Début » trois extraits. Si Françoise Allain ou son éditeur trouvaient que j’ai outrepassé quelques droits légaux de copyright, qu’ils me le fassent savoir et j’ôterais immédiatement le premier d’entre eux sur lequel j’ai un peu hésité mais qui m’est apparu pourtant en fin de compte comme d’une importance primordiale pour « casser » l’image que l’on se fait parfois de « nous » et pour faire transparaître un peu de la personnalité de son auteur.

 

« C’est ce mélange de rudesse, de violence et de délicatesse qui m’enchante. Je n’aurais, j’en suis sûre, admis, ni supporté des rapports uniquement basés sur une relation de soumission à un homme cruel. Cela alors ne s’appelle pas SM et pourtant c’est ce qui existe trop souvent.

Des hommes sans érotisme, ni sensualité, uniquement désireux d’une femme pour se rassurer sur leur virilité. ( …)

Combien de femmes doivent supporter la violence de leur compagnon, sans choix vraiment possible, liées par l’habitude, les conventions, le manque d’argent en cas de fuite. J’aimerais leur faire comprendre que tout n’est pas écrit, immuable, et qu’il est possible de s’en sortir si on le désire avec force. »

 

 

« J’ai le sentiment d’avoir, en quelques mois, gravi de nombreuses marches dans l’épanouissement de ma personnalité, de ma maturité. J’ai gagné de l’assurance, de la confiance en moi, appris à me moquer de l’opinion des autres ou du moins à n’en tenir compte que si celle-ci peut m’apporter quelque élément positif, tout en restant la petite fille qui dort en moi. »

 

 

« Je me réalise enfin. Forte en étant faible, dominante en étant dominée, maîtresse de moi-même en étant soumise, fière alors qu’on peut me croire rabaissée. Jamais je n’ai été aussi sereine et sûre de moi. Il ne s’agit pas d’une expérience sexuelle différente, d’une révélation de ma sensualité, ce qui est déjà très enrichissant. C’est aussi une aventure, une recherche personnelle, la découverte de la richesse des ressources qui dormaient en moi. »

 

     Françoise ALLAIN - « DEBUT » - Editions Bruno Leprince – 2001.