D COMME DOMINATION ter... (vu par lui...).

 

Je rêve chaque soir que ton corps alangui

Repose près de moi sur la couche meurtri

Par nos jeux que le commun réprouve

Mais où pourtant notre amour se retrouve

Quand ma main, lourde module ses caresses

Avec la pluie de coups marquant tes fesses

Toi tu ronronnes comme une chatte aimante

Calmant ta douleur sous la paix lénifiante

De tous mes baisers posés en ribambelle

Et dont chacun te dit combien tu es belle.

 

Je te l’ai déjà dit mais j’aime tout en toi,

Tes yeux, ton corps, tes seins, jusqu’au son de ta voix.

Ta voix, tes cris et ton désir qui en un spasme

A ouvert à mes yeux le chemin de ton âme.

Tu veux m’appartenir, tu me l’as demandé.

Je prendrai donc ta main… Laisse moi te guider

Douce rebelle aimée hors des facilités

Sur les chemins ardus vers la docilité.

Et tu seras alors unique, exceptionnelle.

Tu comprendras enfin combien tu es belle.

 

 

M.