D COMME DOMINATION ... bis... (vu par lui)...

 

Tu es comme un  violon

Qui l’âme mouillée par

Les larmes de la vie

A distendu ses cordes.

 

Aucune n’a cassé… mais il joue faux.

A moi, avec mon attention, ma présence,

Mon affection et ma tendresse, de les

Retendre une à une sans les briser.

 

Afin que tu puisses sous l’archet

De  mon amour, retrouver la plénitude

De ta sonorité.

 

Et que tu fasses entendre

Enfin, à la face du monde

Le bonheur que tu mérites.

 

M.