D COMME DOMINATRICE...

 

M. et moi sommes deux amants. M. et moi sommes deux amoureux. Hétéros.

En BDSM, nous sommes le couple classique : l’homme étant le Dominateur, la femme la soumise.

Il arrive que dans certains couples la combinaison fonctionne à l’inverse : femme Dominatrice et homme soumis.

Dans certains couples, on échange de temps en temps les rôles : chez nous, on appelle cela « switcher ».

Et puis il y a aussi des couples BDSM gays et des couples BDSM lesbiens.

Tous semblables à nous. Des couples d’amants. Des couples d’amoureux.

 

Parfois, il y des bizarreries. Avant de connaître M., il y eut un autre monsieur dans ma vie BDSM. Un « maître » de pacotille qui ne donnait rien, ne recevait rien, qui savait tout juste prendre, que dis-je grappiller, tant il est vrai que jamais il ne me fut fidèle.

 

Il avait pour « goût particulier » d’être sempiternellement à la recherche d’un plus, insatiable de ce plus. C’est lui qui m’envoya sur le fameux chat.

Il aurait voulu que nous rencontrions des couples. Las ! Même en BDSM, je ne suis pas échangiste.

Il parvint pourtant à me convaincre à plusieurs reprises, afin de lui faire plaisir, car il se trouve que moi, je l’aimais, de me faire dominer par une femme en sa présence.

Ceci fut réalisé dans la plus totale indifférence, aussi bien mentale que sexuelle, physique qu’émotionnelle de ma part puisque je ne suis pas bi.

 

Longtemps après, je me pose encore la question de savoir ce que lui  regardait dans ces sessions : était-ce le vieux fantasme masculin de voir  deux femmes ensemble, fusse pour une fessée et quelques coups de martinet ?

Ou bien pour ces hommes qui se complaisent à observer ces scènes, tout dominateurs qu’ils se disent, n’est-ce pas une forme de désir personnel de soumission inavoué et enfin réalisé par personne interposée ?

 

Je n’ai jamais su et je m’interroge encore à ce propos.