M COMME MANIERISME (3 :  L'OBJET DE CONVOITISE ) ...

 

J’ai depuis quelques temps envie d’un collier d’acier ou de métal, pas un de ces colliers d’acier brossé comme en portent souvent les personnages féminins de mes nouvelles.

Non, un collier d’esclave et de reine barbare qui donne un port altier, tenant le cou bien droit, un peu comme celui de l’image là-haut…

Non que je veuille abandonner mon collier d’union… Mais porter une alliance n’a jamais empêché de rêver d’autres bagues …

Ce collier-là est mon désir à moi, il m’apparaît comme une seconde promesse, une répétition sacrée des mots de notre pacte.

Je le voudrais gravé de Ton nom et du mien. Une gravure finement ciselée avec des caractères un peu antiques.

Un collier témoin, non de mon amour et du Tien mais de Notre amour, tel qu’il évolue.

Un collier verrouillé et cadenassé. Un collier noble.

En apparence un peu plus prisonnière, en apparence seulement puisque de plus en plus libre dans la vie quotidienne grâce à mes entraves.

Marcher droite et la tête haute, à tes côtés, avec mon bijou si particulier qui me rendrait à la fois à Tes yeux d’une immense humilité et à ceux des autres d’une incommensurable fierté…