L COMME LITTERATURE : " HISTOIRE D'O ": PAULINE REAGE, LEONOR FINI, JUST JAECKIN ( VARIANTES AUTOUR D'UN MASQUE DE CHOUETTE ) ....

Ma dernière entrée sur « Histoire d’O », consacrée aujourd’hui à ce fameux masque de chouette, illustrée par une photo de Léonor Fini et du masque original qu’elle avait revêtu ce soir de fête où Paulhan et Dominique Aury la rencontrèrent, puis la lithographie de Leonor Fini dans ses illustrations de l’œuvre de Réage et enfin le masque d’O , dans le film homonyme de Just Jaeckin….

 

                            

 

Avant que de reproduire ici quelques lignes de cette scène telle qu’elle est écrite dans le livre, je ne peux ignorer la réponse d’Epicure à mon post d’hier soir concernant et Réage et Fini…

Epicure, je ne fais pas ici un blog « bandant »… J’y parle un peu de moi sans exhibitionnisme, je pense, et surtout je m’y livre à un panorama de la « culture «  SM »  qui va tout aussi bien, comme en ces jours, de l’analyse de quelques livres ( dans quelque temps de quelques films) à l’exploration de ce qu’est en train de devenir cette « culture » SM chez ceux qui en sont les véritables acteurs, c’est à dire nos pratiquants, et ceci vu à travers le prisme du nouveau mode de transmission qui la véhicule, l’Internet, et qui ne lui fait pas que du bien…

Vous comprendrez donc, Epicure, que vous n’avez pas à faire ici à un blog érotique…

Navrée pour ceux qui l’attendraient mais tel n’a jamais été mon (notre) but.

 

                           

 

Une partie de la scène de « La chouette » donc :

 

« La musique avait repris, les danseurs dansaient de nouveau. Un ou deux couples se rapprochèrent d’abord d’elle comme par hasard, en continuant à danser, puis l’un d’eux franchement, la femme entraînant l’homme. O les fixait de ses yeux de bistre sous la plume, larges ouverts comme les yeux de l’oiseau nocturne qu’elle figurait, et si forte était l’illusion sur ce qui paraissait le plus naturel, qu’on l’interrogeât, personne n’y songeait, comme si elle eût été une vraie chevêche, sourde au langage humain, et muette. »

 

     « Histoire d’O » - Pauline Réage – Jean-Jacques Pauvert-

                                       

Apparente indifférence et indicible tristesse, du moins me semble-t-il... Que de ces mots soient refermées ici  mes bien  modestes contributions à cette "Histoire d'O"...