BDSM Pony Girl Photographie de Christophe Mourthé.

Photo « Pony Girl » © Christophe Mourthé.

 

 
C’est l’histoire insolite d’un charpentier chinois de 73 ans, Han Shusuo, dévoilée ici par le Los Angeles Times.
A priori, elle ne concerne pas le BDSM.
 
Toutefois, le brave homme croit avoir fait une découverte phénoménale qui nous intéresse tous, BDSMeurs au premier plan : amené il y a des années à prendre une retraite anticipée pour cause de douleurs rhumatismales et d’hypertension, il s’est mis à observer les animaux (qui ne souffrent d’aucun de ces maux) et en a déduit que c’était certainement grâce à leur démarche à quatre pattes qu’ils s’usaient moins vite que nous et, selon sa théorie, vivaient mieux.
Il pense que c’est en conquérant la position debout que notre organisme s’est affaibli et s’est trouvé perméable à toutes sortes de maladies.
Depuis, notre vieillard chenu donne des cours à Pékin et - paraît-il - rencontre un succès certain.
 
Nous autres, soumises BDSM, allons désormais avoir du mal à nous refuser à jouer les chiennes.
« A quatre pattes ! C’est bon pour ta santé ! » nous intimera-t-on.
Il nous reste tout de même une ultime parade : si c’est bon pour la nôtre, c’est bon pour la leur aussi…
 
Allez, les Maîtres ! A quatre pattes comme tout le monde !