Mauris Cornelis Escher "Drawing hands".

« Drawing Hands » © Maurits Cornelis Escher.

 
 
On va encore laisser Andy de côté ce soir si vous le voulez bien.
 
Je vous serais cependant infiniment reconnaissante si vous acceptez de lire cette note jusqu’au bout malgré son format-fleuve.
Elle vous expliquera pourquoi je continue de bloguer, pourquoi j’ai toujours blogué sur ce fichu BDSM qui n’est pourtant pas ma seule raison de vivre, loin de là…
Pourquoi je suis aussi sèche et acerbe dans mes textes, ce qui peut paraître surprenant pour une « soumise ».
 
Avoir des ennemis, c’est avoir dérangé et déranger, c’est le seul moyen de faire bouger les choses, de pousser dans leurs retranchements les « VIP » ou celles/ceux qui se croient -qui se voudraient- tels/telles…
Intouchables, inamovibles.
 
La polémique irrite mais interroge.
Je ne serai jamais que polémiste, ici sur ce sujet et dans ma vie quotidienne sur tous les autres.
 
Je ne suis pas une guenille. Je revendique le droit de dire « Je n'aime pas » et d'expliquer pourquoi.
Je vibre pour un monde en marche la tête haute.
Et tant pis si je n’apparais pas comme une « gentille » !
Je me préfère en « caillou dans la chaussure »…
 
 
Sur un autre blog que je ne cite pas pour ne pas lui faire de lien (la tenancière et moi ne nous étant jamais respectées), je me vois aujourd’hui ciblée par les propos de « Maîtresse Françoise » ou de « Françoise Maîtresse » (autre pseudo d’« Annick Foucault »).
 
Je m’y étais attendue à la suite de mes lignes sur les entrées « BDSM » de « Wikipédia » car c’est bien sûr à Annick Foucault que je pensais.
Je m’y attendais à un tel point que durant nos vacances, j’ai laissé les commentaires de ce blog ouverts, contrairement à mon habitude.
Me doutant bien que la personne en question souhaiterait répondre, j’avais cru bon de ne pas barricader mon accès après une phrase la concernant postée la veille de mon départ.
 
Tout le monde conviendra qu’il n’est pas facile de commenter sur KarmaOS comme tout le monde conviendra aussi que, si on veut vraiment le faire, la procédure pour se créer un profil d’utilisateur-commentateur prend cinq minutes.
Mais « Françoise Maîtresse » n’est pas venue.
 
Au lieu de cela j’ai trouvé, à mon retour, dans ma boîte mail le C/C fait par une amie nous envoyant l’article d’une blogueuse qui, au travers d’allusions à une « mademoiselle je sais tout, une fausse intellectuelle qui truffe ses articles de piques chaque jour », faisait clairement référence à moi.
 
La blogueuse en question étant une proche de Maîtresse Françoise, je n’ai pas été réellement étonnée mais le procédé m’a paru un peu « gnangnan » parce que la malhonnêteté était d’y dire dans le post en question « moi aussi, je dis quelquefois des méchancetés mais c’est pour défendre des amies », sauf que l’amie n’était pas mentionnée (pas plus que moi-même) en bonne et due forme et qu’à part moi et mes proches, nul ne pouvait comprendre.
Ceci a d’ailleurs entraîné sur la note dont je parle un pataquès de commentaires hors-sujet jusqu’à ce que Maîtresse Françoise, courageuse mais pas téméraire, n’aille enfin s’exprimer là-bas et révéler le pot aux roses.
 
Revenons un instant sur Wikipédia.
Contrairement à Pierre Assouline et d’autres, j’aime beaucoup cette encyclopédie en ligne.
Je m’y réfère souvent, même pour ce blog.
Je ne m’étais toutefois jamais vraiment intéressée à ses entrées sur le BDSM et ne les avais visitées que lorsque Pascal « Alamut » nous avait fait connaître à tous qu’il donnait l’un de ses textes les plus beaux en utilisation libre sur Wikipédia il y a quelques années.
 
Cet été, un ami italien m’envoyant un lien avec le Wikipédia transalpin, j’ai eu la curiosité de retourner sur les pages françaises.
Ce fut pour m’y apercevoir que, parmi les liens connexes, l’un d’entre eux portait sur le terme « Dominatrice ».
 
Il s’agissait d’un article écrit par Annick Foucault, fort long et qui se basait sur des références psychanalytiques, philosophiques, sociologiques.
Deux choses m’ont déplu : son point de vue unique, c'est-à-dire  l’angle de la relation Dominatrice/soumis (et rien sur le rapport Dominateur/soumise), et sa grande difficulté de compréhension pour une personne peu au fait de l’Histoire de la Psychanalyse qui viendrait à poser ses yeux sur cette page.
Je n’ai rien dit, rien écrit ici mais j’ai pensé -dans le silence et à titre personnel seulement- que ce texte n’avait pas sa place sur Wikipédia et qu’Annick Foucault (ou « Maîtresse Françoise ») aurait mieux fait de le publier dans une revue dédiée.
 
Lorsque la semaine passée, j’ai fait ma note sur Hikari Kesho, alors que je choisissais mes photos dans l’après-midi, Marden -en bon shibariste français- me fit remarquer que « mon nawashi padouan » était totalement inconnu sur notre sol.
Google confirma mais je crus que Wikipédia peut-être le mentionnerait.
Arrivée sur la page « bondage », pas d’Hikari Kesho mais un article qui me sembla peu cohérent.
J’essayais alors d’en suivre l’annexe « discussion » où je vis de très nombreuses guéguerres entre les différents rédacteurs et des interventions de…Maîtresse Françoise, venue souvent là donner des conseils et « supporter » un certain nombre d’intervenants qui sont par ailleurs des membres d’un forum qu’elle tient !
 
J’ai donc écrit ici ce soir-là et maintiens qu’il y a selon moi un problème de « neutralité » sur ces articles puisque Maîtresse Françoise voudrait mettre la main sur eux pour imposer ses propres définitions : c’est flagrant sur « bondage » où elle veut introduire les termes qui évoquent toutes les formes d’instruments de contrainte servant à attacher (un certain nombre de ceux-là étant l’apanage des dominas sises en leur donjon et pratiquant le SM à titre professionnel) et reproche à l’article en l’état actuel d’être trop proche du seul bondage japonais.
 
Je ne suis pas d’accord avec elle car je pense que certains shibaristes n’ont strictement rien à voir avec le SM ou le BDSM et qu’ils pratiquent surtout un art précisément dans la « lignée » japonaise.
Ensuite, mon opinion étant sans importance (je n’ai rien à voir avec Wikipédia), tout se jouera entre puristes du sens du mot bondage : qui veut y voir comme Annick Foucault et ses amis, la traduction de l’anglais « esclavage », qui veut y voir le substantif dérivé de la traduction du verbe anglais « attacher »…
Là encore, on peut leur souhaiter bien du plaisir avant d’arriver à un consensus surtout avec « Françoise Maîtresse » qui, jamais à court de citations, pousse, pousse…
 
Et dire que c’est sur moi que l’on tire à boulets rouges en tant que prétendue intellectuelle !
 
Je m’aperçois aussi le même soir qu’elle est à l’origine d’un autre article, « Le masochisme de Sacher-Masoch », très deleuzien et s’appuyant sur les écrits de « Le froid et le cruel », œuvre fondatrice s’il en est : rien à dire de celui-là si ce n’est que « Françoise Maîtresse » a, dans la foulée, collaboré à l’entrée « masochisme » de Wikipédia, fort mal faite (c'est le moins qu'on puisse dire) puisqu’elle  n’envisage pas tous les aspects  du masochisme et surtout pas celui vécu au féminin.
Même remarque donc que pour l’article « dominatrice » : un prisme trop étroit pour Wikipédia et une mainmise d’Annick Foucault et de son aréopage sur l’ensemble des termes consacrés au BDSM sur le Wikipédia français.
Toujours ce problème de neutralité du point de vue.
 
Dans les autres pays, les articles wikipédiens sur le BDSM et sur le bondage sont, à défaut d’être savants, très sobres et totalement objectifs (inutile de dire que le mot « Dominatrice » n’y existe même pas et que « masochisme » ne s’encombre pas de la philosophie et de la psychanalyse française).
Cela me paraît pourtant bien suffisant.
Et, encore une fois, que qui veut en écrire plus le fasse dans des revues universitaires qui sont le support idéal pour le développement de thèses personnelles...
 
C’est ce que j’aurais dit -et rien de plus- à Annick Foucault si elle était venue me répondre ici.…
Les choses ont été autrement.
 
Avant de continuer, je tiens à préciser que je n’ai rien de particulier contre « Maîtresse Françoise ».
C’est vrai qu’elle est une dominatrice professionnelle et que je n’aime pas le commerce -quel qu’il soit- qui se fait autour du SM ou du BDSM.
Mais en convenant qu’elle n’est pas la seule, je ne lui fais pas porter le chapeau pour toutes ses consoeurs.
J’ai eu aussi un assez vif différend avec elle -toujours sur le blog de sa bonne copine- au sujet de Jeanne de Berg il y a quelques années.
On sait que j’aime énormément Jeanne de Berg.
Annick Foucault prétendait que les ouvrages de cette dernière avaient été écrits par son auguste époux, Alain Robbe-Grillet.
Si l’on peut avoir un doute raisonnable quant au premier de ceux-ci, « L’image », texte tellement marqué du style de son époque et non d’un « style » propre qu’on pourrait l’attribuer à l’un comme à l’autre des conjoints (et pourquoi pas aux deux comme un texte écrit à quatre mains) il est évident que les autres, « Cérémonies de femmes » tout comme « Le petit carnet perdu » ont une « écriture » qui est identique à celle des cahiers que Catherine Robbe-Grillet tint pendant quelques années et qui sont publiés sous le titre « Jeune mariée ».
Je me rappelle que « Maîtresse Françoise » acheva la conversation d’un lapidaire « Je préfère être idolâtrée qu’idolâtre » qui me fit beaucoup sourire.
C’est ce désir d’être « idolâtrée » qui m’a toujours fait rester en retrait des dominas à cheptel ou des professionnelles…
 
La rivalité « Maîtresse Françoise - Catherine Robbe-Grillet » a connu ensuite un nouvel épisode récent lorsque cette dernière est venue sur le plateau de Frédéric Taddéi il y a quelques mois pour y parler de la pièce « La Vénus à la Fourrure ».
Il y fut bien sûr question du contrat -comment ne pas en parler si on parle de Sacher-Masoch ?-  mais cependant, quelques jours plus tard, sur un blog (encore un autre, d'une de ses amies domina professionnelle cette fois-ci), Maîtresse Françoise déclara que Catherine Robbe-Grillet, en évoquant ce contrat « pour la première fois » (et bien oui, mais elle n’avait jamais auparavant été interrogée sur Sacher-Masoch sur un plateau) avait plagié…son article de Wikipédia !
 
Pourtant, là encore, même si je trouve ce discours ridicule, il n’y aurait pas de quoi en faire un fromage.
Si l’on comptait le nombre de fois où je me suis disputée ici au sujet de l’œuvre d’Alain Robbe-Grillet avec mes commentateurs, mon blog serait un cimetière…
 
Il est pourtant clair que « Maîtresse Françoise » semble supporter très mal toute personne qui est mise sur le devant de la scène SM sous un prétexte ou un autre.
Dans les textes qui suivent, c’est Mona Sammoun -auteur du très bon livre « Tendance SM : Essai sur la représentation sadomasochiste » et sur le blog de laquelle je me plais à commenter quelquefois qui va en faire les frais…
Au sujet de Mona Sammoun que je respecte profondément, je ferai remarquer que nous avons sur cette « représentation sadomasochiste » qui nous passionne toutes les deux des avis qui divergent quelquefois (elle englobe le Fetish dans le BDSM , pas moi) mais que cela ne nous a jamais amenées à nous mettre en pièces.
 
Je vais en effet me permettre ci-dessous -puisqu’ils me citent nommément- de reproduire ici le premier commentaire de « Maîtresse Françoise » sur le blog de son amie aujourd’hui, la réponse que Marden a souhaité lui faire, le second commentaire de « Maîtresse Françoise » et celui que Marden souhaitait lui faire encore mais qui n’ avait plus lieu d’être, la bonne copine nous ayant envoyés continuer la discussion sur le forum de Maîtresse Françoise, lieu où nous n’irons pas, préférant la laisser vitupérer et se faire acclamer par ses usagers… idolâtres !
 
Ces textes sont très aigres, aussi bien ceux de Maîtresse Françoise que ceux de Marden, ils méritent cependant d’être lus ne serait-ce que pour voir ce qui arrive quand on fait autre chose que d’écrire des poèmes ou de publier des photos et que l’on tente de « questionner » le BDSM …
 
 
 
Commentaire 1 de « Maîtresse Françoise », 28 avril 2009 (publié) :
 
« Ce n'est pas une attaque contre vous Juliette qui déclenche votre colère. Mais une attaque ciblée contre moi et mes écrits sur wikipedia.
La dame qui m'attaque en règle s'est fait virer son lien de wikipedia. Quant à ceux qui la soutiennent, ils écrivent sans aucune source. Ce qui est contraire aux règles de wikipedia.
 
N'ayant aucune imagination ni aucune connaissance des pratiques, ils traduisent le site anglais et c'est mauvais à pleurer.
Ernest reproche la présence de Stacy qui a fait de son mieux pour sourcer le texte.
Je lui souhaite du reste de posséder au moins 80% du QI de Stacy, cela lui permettrait de briller un peu plus.
 
Personnellement je n'ai pas participé sur l'article bondage, car il y règne une guerre d'édition. En revanche j'ai écrit la quasi totalité de l'article "dominatrice".
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dominatrice
Une partie de l'article "masochisme".
http://fr.wikipedia.org/wiki/Masochisme
La totalité de l'article sur la sexualité de Sacher Masoch
(le lien ne passe pas)
Aurora se plaint des articles bdsm "squattés" (Je suis la squatteuse.)
Cependant comme elle le dit si bien wikipedia est une encyclopédie libre, et si ma présence lui déplaît, elle n'a qu'à y participer et, ainsi partager le squatte.
 
Peut-être ne se sent-elle pas assez à l'abri de la censure. Wikipedia où elle ne peut étaler son aigreur et ses propos d'une grande méchanceté sans lesquels elle perd toute inspiration. Propos qu'elle tient régulièrement sur les personnalités du BDSM.
 
Quant à sa critique des sources mal digérées, elle préfère se sourcer chez Mona Samoun. Elles ont tant de choses en commun, notamment se servir de leur plume pour soulager leurs frustrations. Tenter d'humilier , de détruire autrui, tout en tenant des propos ridicules. Car selon Mona Samoun, les soumis qui évitent les professionnelles sont beaux et n'ont pas de problème psychique. Bonjour la qualité analytique de la dame.
 
Ceci dit l'article wiki bondage est d'une nullité affligeante. C'est un mauvais remake de l'article "bondage japonais" qui a son propre article. Essayez de parler d'une autre facette du bondage que du Shibari, placer une cagoule, une explication sur les sleeping-bags ou inflatables, ou encore citer J.G. Leather. Et, là on vous contre. On vous efface en vous disant que vous voulez absolument que ce bondage là soit BDSM et qu'il faut respecter la neutralité de ceux qui s'attachent mais ne sont pas du tout bdsm. C'est bête à pleurer, ou à mourir de rire comme vous voudrez.
Il n'est donc pas possible d'y écrire.
 
Alors qu'Aurora se calme, je fais un break avec wikipedia.
J'évite de parler de choses plus laides encore car elle a eu des remords et s'est autocensurée.
Je n'aime pas d'être désagréable, mais je ne prends jamais une gifle sans la rendre, à bon entendeur !
 
Pour terminer, j'ai des convictions personnelles sur le SM et je les expose. D'autant que mes auteurs préférés et reconnus sont là pour me soutenir par leur écrits, n'en déplaise à Aurora.
C'est du reste ce que demande wikipedia, écrire être soutenu par des sources fiables d'auteurs reconnus.
Mais depuis que je vois Aurora attaquer les soirées, le fric du latex, et tout ceux qu'elle ne connaît pas et qui font parler d'eux dans le sm; la question qui me taraude, quel est décidément le problème de cette dame ? »
 
 
Réponse 1 de Marden, 28 avril 2008 (publiée) :
 
« A Maîtresse Françoise.
 
Je comprends parfaitement votre ire, Madame, de vous voir ainsi critiquée (et non attaquée) vous qui avez ici même lors d’une première controverse avec Aurora au sujet de Jeanne de Berg avoué « ingénument » préférer « être idolâtrée plutôt qu’idolâtre ».
Un peu de courage vous aurait sûrement permis de venir répondre directement sur le blog d’Aurora mais vous avez préféré passer par une porte-parole qui en a fait un post manquant pour le moins de clarté si l’on voit les commentaires qu’il a suscités avant que vous ne veniez enfin « illuminer l’affaire »...
 
Quand vous parlez des sources (pardon, « sourcer » dites-vous pour faire hype), vous parlez bien sur de vos auteurs préférés... (Deleuze, Reik, Devereux) dont vous nous citez quelques passages. Chacun sait que l’on peut faire dire à peu près n’importe quoi, même par le biais de leurs textes, à des personnes disparues. Elles ne viendront pas vous apporter la contradiction.
Et puis qu’en sera-t-il - de leurs écrits - dans quelques années quand on voit ce qu’il est advenu de Lacan ?
 
Vous ne squattez pas Wikipédia. Vous vous y êtes arrogé depuis quelques mois le droit de ne faire exister la Domination qu’au filtre de vos désirs : la Dominatrice et le soumis et à travers le tamis d’une approche qui se veut psychanalytique.
Et doit-on s’étonner si par hasard ( ?) sur les discussions afférentes aux articles de Wikipédia concernant le BDSM et ses annexes, la plupart des intervenants sont vos thuriféraires abonnés à votre forum et viennent constamment confirmer vos nouveaux écrits ou « modifications » sur ceux des autres ça et là.
 
Tout ceci finit, oui, par manquer de la « neutralité » nécessaire aux pré-requis de Wikipédia.
Ce n’est peut-être pas par simple coïncidence que l’article « masochisme » auquel vous nous dites plus haut avoir « participé » s’accompagne au bas de la page de l’avertissement :
« Ces citations ne correspondent pas aux exigences d’un article encyclopédique ; il semble qu’elles auraient davantage leur place sur Wikiquote. »
 
Continuons donc.
Vous vous moquez ici de Mona Sammoun dont vous citez caricaturalement la pensée : « les soumis qui évitent les professionnelles sont beaux et n’ont pas de problème psychique ».
Mais si on suit votre « qualité analytique », doit-on comprendre que même ceux qui ne vont pas voir des dominas professionnelles ONT des problèmes psychiques ? Et donc que vous seriez, vous les dominas professionnelles, les thérapeutes ?
Pour autant que je sache, la psychanalyse, ce n’est pas comme la verveine du soir, cela ne s’infuse pas. Il ne suffit donc pas d’avoir fouetté les fesses de quelques analystes prolixes pour être accepté à la Société Française de Psychanalyse ou à l’Association Psychanalytique de France.
J’étais étonné à la lecture de votre article que vous ne parliez pas de W. Reich puisqu’il a été le premier à remettre en cause la supériorité des hommes dans la sexualité, avant de me souvenir qu’il avait été communiste et tenant de thérapies gratuites
 
Je pense plutôt que votre ressentiment  à l’encontre de Mona Sammoun (et d’Aurora, n’en parlons même pas…) est dû à leur amitié avec Catherine Robbe-Grillet ( Jeanne de Berg ) que vous poursuivez depuis longtemps de votre inimitié. Cette dernière étant sûrement le produit de la frustration que Catherine ait été choisie (elle et non vous après que vous aviez fait pourtant une apparition jadis chez Dechavanne) depuis qu’il y a quelques temps la télévision a décidé de faire parler du SM. Je n’aurai pas la méchanceté de comparer le nombre d’ouvrages édités par chacune de vous.
 
Vous demandez quel est le problème d’Aurora ? Mais elle n’a pas de problème. Simplement, elle n’aime pas le « bling-bling », la récupération du paraître en l’affublant du sigle BDSM au lieu de l’être au sens de ce qui est vécu.
Et elle le dit. Vous consentirez qu’il faut bien que quelqu’un le dise si tel est son ressenti profond…Et elle le fait sur un blog, lieu personnel s'il en est, et non sur Wikipédia!
 
De cette récupération du SM, je veux pour exemple Démonia qui faisait il y a quelques années la une de sa revue avec le titre « FETICHISME » et de la sexualité du fétichiste dans le corps de l’article et qui maintenant organise et sponsorise les soirées FETISH où il est de bon ton de venir s’exhiber vêtu de latex ou de vinyle achetés en leur boutique parisienne ou dans des négoces étrangers plus chers encore.
 
Et je ne vous pense pas obtuse, Maîtresse Françoise, au point de ne pas voir dans votre dernière phrase la définition de ce BDSM mercantile (Soirées, fric et dress code).
A moins de penser que depuis toujours, c’est ce versant qui vous intéresse le plus. » 
 
MARDEN
 
 
Commentaire 2 de « Maîtresse Françoise », 29 avril 2009 (publié et intitulé « Re-mise au point ») :
 
« Ces citations ne correspondent pas aux exigences d’un article encyclopédique ; il semble qu’elles auraient davantage leur place sur Wikiquote. »
 
Vous n'avez que fort peu de connaissance de la manière de fonctionner sur wikipedia.
Les bandeaux concernent les paragraphes sur lesquels ils se trouvent, or le bandeau que vous citez concerne le paragraphe.
"Déconstruction du masochisme par René Girard"
Et ne concerne pas ce que j'ai écrit, cela se voit dans l'historique.
Effectivement Mona Samoun prétend que les soumis qui rejettent les dominatrices professionnelles sont beaux et sans problème psychique. Ce qu'elle laisse sous-entendre c'est que les autres, eux, ont des problèmes psychiques et sont laids. C'est, je dois dire fort amusant.
 
Personnellement je n'ai jamais vu plus de disfonctionnements psychiques chez les masochistes festifs que j'ai rencontrés que dans la société traditionnelle. Je ne me prétends surtout pas thérapeute, et si vous aviez bien lu mon livre et les citations d'Anne Larue dans l'article vous l'auriez compris.
 
Cher Marden voyez-vous, je n'attaque jamais la première, je réponds, une simple lecture du livre de Mona Samoun et l'on a vite compris.
Du reste elle le sait très bien lorsqu'on se permet de se servir d'un livre pour insulter les gens, il ne faut pas s'étonner du boumerang.
Jeanne de Berg ? Je n'ai rien contre elle, lorsqu'elle dit que les dominatrices professionnelles ponctionnent le sang en séance, cela m'énerve car elle véhicule une image terrible des dominatrices, et c'est faux. Certes, il existe quelques rares malades à travers le monde comme il en existe partout dans la société de là à en faire une généralité concernant le sm !
 
Vous vous étonnez car vous ne lisez Aurora qu'avec les yeux de l'amour, la plume venimeuse qu'elle distille jour après jours, je ne peux pas les citer tous, Patrick Lessage, Agnès Giard, ceux qui passent à la télévision, ceux qui l'ont abritée sur son premier blog, les motifs pour lesquels elle a été expulsée de son second blog.
Elle déteste les soirées, le fric des autres, elle déteste Démonia, elle déteste Isabelle Jacob, elle déteste Christophe, elle déteste Agnes Giard et Francis D.etc.
Je ne parle pas de ce qu'elle n'a pas compris, car dans ses propos on lit bien qu'une expérience pratique du sm lui manque fatalement.
Il me semble avoir lu, je dis bien il me semble, qu'elle construit un mur entre le fétichisme et le sm, c'est sur ce point principalement que je reviendrai.
Elle ne cesse de donner des leçons.
Quant aux auteurs que j'ai cités, je les ai fait parler avec leurs mots, donc vivants ou morts, je les ai respectés. C'est pour cela que wikipedia demande des sources.
 
La télévision, je ne risque pas d'y aller, j'ai fréquenté la télévision parce que j'étais payée pour y aller,( hou lala vénale jusqu'au bout, là je vais vraiment me faire haïr) et au début c'était amusant. Désormais ils ridiculisent le SM et cherchent des poires pour s'y ridiculiser. Je suis régulièrement contactée, et régulièrement je dis que cela ne m'intéresse pas.
Un deuxième livre, sourire, j'ai écrit comme on accouche, je n'ai pas envie d'un deuxième enfant livre, si j'avais voulu, il y a longtemps qu'il serait publié et même un troisième.
Au fait Aurora n'a pas trouvé d'éditeur ?
 
Je préfère faire court, j'y reviendrai chez moi. Car jusqu'à présent Aurora ne s'était pas attaquée à moi, donc je gardais mes distances.
À très bientôt donc. »
 
 
Réponse 2 de Marden, 29 avril 2009 (non publiée, l’auteur du blog ayant fait connaître qu’après celui de Maîtresse Françoise, tout autre commentaire ne serait pas validé) :
 
« Puisque votre copine a fermé les commentaires de son blog pour que je ne puisse pas répondre à votre venimeuse « re-mise au point » dans laquelle vous empilez les fausses vérités, les ragots et les approximations, je me vois dans l'obligation pour ce faire de « squatter » le blog d'Aurora.
Prenons les choses dans l'ordre.
Bien sur que vous faites parler les gens avec leurs mots... par quelques citations sorties du contexte global de l'oeuvre.
Pour ce qui est de Mona Sammoun, c'est vous qui faites de la psychanalyse de concierge en interprétant ses propos pour les dénaturer par syllogisme.
Cela me rappelle une phrase lue autre fois sur un forum et qui disait que « Tous les soumis et soumises avaient été des enfants battus ». La personne qui l'affirmait ne supportait pas non plus la contradiction.
 
En ce qui concerne Jeanne de Berg, encore une fois vous tentez de la salir.
En parlant de la télévision vous dites: « Désormais ils ridiculisent le SM et cherchent des poires pour s'y ridiculiser. »
La, je suis d'accord avec vous. Rappelez-vous votre propre « cirque » chez Dechavanne, la pathétique prestation de maîtresse Kika, votre consoeur et collègue belge chez Delarue ainsi que la triste apparition de maître Patrick chez Cauet pour présenter son livre (sur ce dernier « maître », rien d'étonnant : pour l'avoir croisé plusieurs fois, je considère Patrick Lesage comme un fat impoli)
La seule personne qui tire son épingle dans ce jeu de massacre télévisuel reste, ne vous en déplaise, Catherine Robbe Grillet lorsqu'elle s'y produit.
 
Et enfin quand vous écrivez parlant d'Aurora « Je ne parle pas de ce qu'elle n'a pas compris, car dans ses propos on lit bien qu'une expérience pratique du sm lui manque fatalement. », permettez moi d'en rire.
J'ai toujours défendu l'idée qu'il y avait autant de SM que de pratiquants et suis navré si la façon de vivre le nôtre n'entre dans aucune de vos cases formatées.
Contrairement à certain(e)s par rapport à leurs soumis(es), je ne me suis jamais autorisé la moindre censure sur les écrits d'Aurora, y compris quand je ne suis pas pleinement d'accord avec elle. Et si je la lis avec les yeux de l'amour, c'est la moindre des choses.
 
A moins que par l'« expérience pratique du sm » qui lui manquerait fatalement, vous ne lui fassiez la suggestion de passer par le stade de domina pour être plus ...complète.
Je sens qu'elle va beaucoup apprécier cette seule perspective.

Enfin, Aurora ne « déteste » pas comme vous semblez le croire.
« Détester » serait une bien grande dépense d’énergie pour pas grand-chose et elle sait se ménager.
Tout au plus n’ « estime »-t-elle pas.
Et quand elle n’ « estime » pas, elle en fait part, c’est vrai mais c'est son droit.
C’est sa façon de tenir son blog, comme elle fait part des découvertes qu’elle « estime » et qui sont bien plus nombreuses que ses « critiques ».
 
Vous parlez de livres « contemporains ».
Je crois me souvenir que les mots qu’elle a dits du vôtre autrefois étaient plutôt flatteurs.
A ne pas « estimer » le livre de Patrick Lesage, elle n’a pas été la seule, loin de là.
 
Et si elle n’a en effet pas aimé un roman d’Isabelle Jacob ou un autre de Mélanie Muller et encore la seconde version du « Lien » augmenté de « L’étudiante », vous omettez de citer tous ceux qu’elle a aimés : des deux récits de Françoise Allain (« Début » et « Suite ») aux « Carnets d’une soumise de province » de Caroline Lamarche et aux  « Patientes » d’Hugo Trauer en passant par « Dolorosa soror » de Florence Dugas, « Confessée » de Marie L. et « Brûlures » de Cléa Carmin ou tout récemment encore « Le fouet » de Martine Roffinella. (sans parler évidemment de celui de Mona Sammoun ou de ceux de Jeanne de Berg et je suis certain d’en oublier)…
 
Elle ne « dresse pas non plus de mur » entre le fétichisme et le SM mais entre le « Fetish » et le SM, là encore vous l’avez mal lue ou bien vous ne savez pas, vous,  faire la différence entre « fétichisme » et « Fetish »…
C’est en tant que principales figures du « Fetish » avec son compagnon Francis D. et de leurs fêtes commerciales qu’elle avait placé quelques mots sur le blog d’Agnès Giard (un commentaire qui lui fut d’ailleurs refusé). Elle a par contre toujours été élogieuse sur les livres publiés dans un autre cadre par Agnès Giard.
 
Quant à « Christophe » puisque vous le nommez par son prénom, et bien allez donc lui demander s’il pense aujourd’hui qu’Aurora le « déteste ». Il me semble que vous usez ici de forts vieux commérages remontant à six années et qui n’ont plus réellement aucune prise avec la réalité du moment.
 
Attention aussi à vos affirmations quant aux « blogs » d’Aurora.
Vos informations sont fausses.
C’est celui que vous lisez « en ce moment » qui est le second.
Le premier fut abrité, comme tous ses blogs, par U-blog et donc par celui qui est encore son hébergeur actuel : son premier blog, nous l’écrivions en fait à quatre mains puis à cause des doléances de quelqu’un qui avait cru se reconnaître dans quelques pages, c’est nous qui avons accepté de le rendre inaccessible au public en septembre 2003 pour ne pas faire entrer notre hôte dans des histoires à n’en plus finir et non par crainte personnelle car nous l’avions fait lire par un juriste et qu’il ne contenait rien qui donnât matière à « censure »...
 
Et s’il y eut un blog de plus avant tout ça, pour rester dans vos comptes, je regrette de vous dire que c’était le mien, créé avant notre rencontre en mon nom propre, sur l’ « Espace-Blog » et que je l’ai détruit de ma seule volonté.
Personne n’a jamais été « expulsé » d’un blog, que ce soit elle ou moi.
 
Nous nous sommes en revanche faits « blacklister » d’un t’chat et ne l’avons jamais caché.
Je ne développerai pas ici le pourquoi et le comment, les torts partagés des uns et des autres : il y a des lunes que tous les protagonistes de cet épisode ont tiré un trait sur cette histoire.
 
Aurora ne cherche pas d’éditeur, elle connaît assez la littérature pour savoir pertinemment que ce qu’elle écrit n’est valable que dans le format du blog et c’est pourquoi elle ne souhaite pas en sortir.
Là, c’est votre allusion qui se révèle venimeuse.
Tout comme vos menaces voilées.
 
Allez donc écrire ce que vous voudrez où  bon vous semblera.
« Chez vous », comme vous dites... 
Sur votre bon forum où vous régnez comme il vous plaît : en idole.
Vous ne risquez pas de nous compter parmi vos lecteurs là-bas. »
 
MARDEN