BDSM Art Sculptures Patricia Groussin Les Vengeances Doudou en Bondage AURORAWEBLOG.

BDSM Art Sculptures Patricia Groussin Les Vengeances Doudou Enchaîné AURORAWEBLOG.

Toutes les sculptures de cette page et tous les textes cités en italiques © Patricia Groussin.

 
 
Le travail de Patricia Groussin, peintre, sculptrice et artiste plasticienne française qui se réclame de Sade, Bataille et Klossowski mais aussi de Baudrillard intéressera plus que tous autres les pratiquants BDSM.
Sa démarche telle qu’elle est présentée sur la page « Série Les Vengeances » de son site est tout à fait originale.
Elle a opté pour des « doudous » qui viennent de l’enfance  afin de leur faire subir artistiquement toutes les pratiques que nous choisissons, nous, de vivre selon les limites que nous nous posons dans le cadre de notre relation SM ou BDSM.
L’artiste, lui (elle), n’a pas de limites…
Voici ce que Patricia Groussin, qui était en exposition en février et mars à la Caisse du Crédit Mutuel du Raincy écrit de son travail :
 
« Les objets sont des témoins, des symboles de notre intimité. Ils ont un langage que j’ai choisi d’interpréter. Deux types de relations affectives s’établissent avec les objets, l’une positive -l’amour l’attachement- et l’autre négative - le rejet, la destruction- c’est cette deuxième qui est à la base de mon travail.
J’ai fait le choix de choisir un doudou le plus quelconque possible, il ne ressemble pas à un animal précis ou une forme humaine telle qu’une poupée. Il doit être : « un », pouvant être ainsi celui de n’importe qui.
Le monde sadomasochiste offre une part d’ombre qui permet d’interroger au plus près la notion de plaisir provoqué par la souffrance. J’ai adopté ces codes de couleur ainsi que ces modes de tortures : les chaînes, les brûlures, le bondage. Dans mon travail la douleur créatrice fait que le sentiment pénètre alors l’objet, travaillant ainsi au travers de l’objet l’esthétisme de la souffrance, le scintillement de la douleur. ».
 
 
BDSM Art Sculptures de Patricia Groussin Objet de la Douleur Le martinet pris au filet AURORAWEBLOG.
 
 
BDSM Art Sculptures Patricia Groussin Objet de la Douleur Menottes enchaînées AURORAWEBLOG.
 
 
Pour nous qui sommes adeptes du BDSM, nous savons que tout cela (bondage, chaînes, etc.) n’est qu’un jeu, que l’érotisme d’un instant.
Patricia Groussin le sait aussi qui, dans d’autres sculptures, prend au piège les instruments des « vengeances » : (martinet victime déstructurée et prise au piège de ses lianes de cuir, menottes qui se retrouvent…emprisonnées dans des rets de chaînes).
Et elle s’en explique fort bien :
 
« Dans mon travail j’effectue la destruction de l’objet ou de son symbole représentant des souffrances émotionnelles grâce à l’utilisation d’objets dont la fonctionnalité est de provoquer une douleur, une destruction partielle ou complète de l’objet. Le martinet et les menottes font partie des objets fonctionnels et symboliques. A la fois objet de douleur et de désir. Le martinet utilisé depuis l’antiquité sert à frapper, à infliger un châtiment, ou à se flageller afin de se voir accorder le pardon, ou en signe de pénitence comme c’est le cas pour les masochistes. Les menottes outils du policier, autrefois du maître à son esclave, empêchent tout mouvement des bras ou des jambes (pour les chaînes, ou boulet pour les prisonniers) et imposent à l’autre une condition de servitude et d’esclavage. Enchaînement des menottes, martinet enfermé dans ses propres lanières, la fonctionnalité de ces deux objets se retourne contre eux et les emprisonne à tout jamais. Ils ne peuvent plus exercer leur pouvoir. »
 
 
Quand j’ai décidé de lui consacrer cette note, c’était dans l'objectif de la faire connaître de tous tant son propos me semble un questionnement passionnant.
Si j’ai sélectionné uniquement des images qui témoignent de son activité de sculptrice, il faut toutefois préciser que la même « démarche » est suivie par Patricia Groussin dans le domaine de la peinture aussi.
 
Enfin, le but de mon post de ce soir doit, depuis un moment déjà, vous paraître évident.
Il s’agit de vous donner envie d’aller visiter son site, très richement illustré de ses oeuvres les plus récentes et très « écrit » aussi, d’une écriture qui donne matière à de nombreuses analyses et réflexions, ici