BDSM Humour Les appareils de beauté en caoutchouc radio-actif du Docteur Monteil Paris 1930 AURORAWEBLOG.

Document © Kharbine-Tapabor.

 
 
« Jouez corsets, résonnez minerves
Et avec vous masques et bâillons… ».
 
 
Le BDSM s’enorgueillit de l’extrême variété de ses instruments ou parures de contrainte (que l’on propose plus que l’on n’impose) et que les pratiquants achètent à prix d’or en ligne chez Stockroom ou bien encore à la Boutique Demonia de Paris…
Corsets, minerves, masques, bâillons et j’en passe…
Le latex est très en vogue en ce moment.
 
Pourtant, là encore, on n’a rien inventé.
 
Je vous présente ce qui leur ressemble de plus près.
 
Et sans doute que, avec nos modestes « fétiches » d’aujourd’hui,  nous sommes moins dangereux que ce Docteur Monteil qui, dans les années 1930, époque persuadée des bienfaits thérapeutiques du radium, vantait depuis son laboratoire du quartier de l’Opéra l’action quasi-immédiate de ses « appareils de beauté » en caoutchouc radio-actif  à porter une demi-heure par jour pour s’assurer l’éternelle jeunesse et la beauté sans fin…
 
Mentonnières, masques, soutiens-gorge, et même une ceinture enveloppante nommée « La Déesse » pour « prévenir ou supprimer radicalement » les outrages du temps, d’une facture qui devait être en fait une véritable torture (et même pas SM !) rien qu’à les endosser.
Hélas, les femmes ont de tout temps été « soumises » aux diktats de cette beauté qu’on leur signifie toujours comme étant leur capital, « intérêts et principal »…
 
Heureusement qu'à cause du prix très élevé que coûtaient les substances radioactives récemment découvertes alors, ces « attrape-nigauds » ne contenaient en fait que fort peu de radium.
 
Ce qui nous permet de sourire sans trop d’inquiétude de ces images désuètes et de les offrir en pâture comme possibles modèles d’une nouvelle ligne d’articles aux actuels fabricants de « latexerie » BDSM qui seraient en panne d’inspiration…
 
 
 
 
 
 
PS : Totalement O.T (Off-Topic), mais toujours sous le signe de l’humour, si vous vous inquiétez à l'idée de perdre votre latin, vous pouvez toujours aller le retrouver sur cette note de mon autre blog…