BDSM Livres « Dictionnaire de l’Amour et du Plaisir au Japon » d’Agnès Giard - Editions Glénat - Collection « Drugstore » - Décembre 2008 - Illustration Hobo Kobiyama.

Scan de la couverture de « Dictionnaire de l’Amour et du Plaisir au Japon » d’Agnès Giard -Editions Glénat - Collection « Drugstore » - Décembre 2008 (Illustration Hobo Komiyama).

 
 
 
Encore un « beau livre » cette nuit et à nouveau dédié à tous ceux qui, pratiquants BDSM ou non, sont amoureux du Japon.
 
Agnès Giard avait publié il y a quelques années un très bel album chez Albin Michel : «  L’Imaginaire Erotique au Japon » (voir ici).
C’est à ce jour son best seller.
Gageons sans prendre de risque qu’il sera très vite dépassé en nombre de ventes par son nouvel opus « Dictionnaire de l’Amour et du Plaisir au Japon », paru au début de ce mois aux Editions Glénat dans la collection « Drugstore ».
 
336 pages pour quelques 400 entrées et -malgré tout- parce que doté d'une amplitude d'analyse plus vaste, l’ouvrage ne fait pas double emploi avec le précédent.
Je ne cache d'ailleurs pas avoir nettement préféré celui de cette année.
 
Cette fois-ci, Agnès Giard organise ses textes autour de six grands thèmes aussi variés que « Le corps comme un rocher », « La beauté, tristesse et secret », « L’amour du premier baiser au dernier adieu » ainsi que « La sexualité, vagin-pieuvre et pénis cosmique » sans oublier le très contemporain « L’industrie du sexe ».
Un panorama complet de ce Japon aux rites érotiques si attirants, si complexes qui viennent de la tradition la plus enfouie pour se revivifier dans l’air ambiant de notre époque.
 
S’y croisent des définitions étonnamment mélangées en apparence comme « larmes », « poils pubiens », « morale », « courtisanes », « tatouage », « neige », « glycine », « menstrues » et « mariage » au travers desquelles il nous faut zigzaguer de page en page (et l’attrait de cette course entre les mots -telle une aventure choisie- n’est pas pour rien dans l’originalité de ce livre) pour découvrir au final, par exemple, pourquoi une geisha teinte toujours le lobe de ses oreilles en blanc...
Si certains de ces mots semblent n’avoir que peu de rapport avec l’érotisme, c’est que vous ne connaissez rien des codes japonais.
Il est temps d’y pénétrer, guidés par Agnès Giard -qui confirme là être notre plus grande spécialiste de l’Eros nippon- pour y percevoir une culture où l’expression de la sexualité est, quelque part, moins tabou que celle des sentiments, à l’inverse de notre Occident.
 
Loin de notre morale judéo-chrétienne fondée sur le péché de chair, l’érotisme japonais tire sa source des religions ancestrales qui mettent l’humain au rang des Dieux en ce qui concerne l’acte sexuel.
La vie contre la mort (comme avec Araki hier soir), Eros contre Thanatos.
 
Entre cruauté et poésie, délicatesse extrême et pornographie, vous explorerez l’univers troublant des geishas, remonterez aux racines du « manga » et entreverrez le sens des rituels matrimoniaux aussi bien que celui des règles de la prostitution à la mode japonaise, le tout raconté dans des textes bien écrits, accompagnés d’une abondante et fastueuse iconographie parmi laquelle les œuvres de Hobo Komiyama (qui signe la couverture) occupent à juste titre une place privilégiée.
 
D’un Japon du passé à un Japon ultra-moderne, la sexualité est la clé de transition qu’Agnès Giard nous propose.
Elle nous invite au pays des cerisiers en fleurs où les amateurs de BDSM trouveront leur compte de fantasmes tout autant que de surprises, en s’apercevant qu’ils ont « emprunté » à des coutumes japonaises une bonne partie de ce qu’ils considèrent comme « leurs » pratiques…
 
« Liens » et « cordes » n’étant -bien sûr- pas oubliés dans ce « Dictionnaire », je peux pour ma part, certifier qu’il s’agit d’un présent de choix que nous tenons là à quelques jours de Noël.
Et si tous vos cadeaux sont déjà prêts, il faudra vous en souvenir pour…la Saint Valentin !