Street Art: Le bar "Chez Fernando, 6, rue de l'Arbalète, Paris, 5ème.

 

BDSM Street Art sur la façade du bar "Chez Fernando", 6, Rue de l'Arbalète, Paris, 5ème.

Façade du Bar « Chez Fernando », 6, rue de l’Arbalète, Paris, 5ème.

Pochoir Photo No 2 © « Artiste Ouvrier ».

 

 

L’ « ami-de-vieille-date-qui-désire-rester-anonyme » vient de me faire parvenir d’autres images de Street Art à Paris.
Images ayant, pour qui sait le voir, quelque rapport avec le BDSM.
 
Cette fois-ci, il s’agit de la façade du bar « Chez Fernando », 6, rue de l’Arbalète, dans le 5ème arrondissement.
J’ai pris quelques renseignements.
Cette stupéfiante décoration de pochoirs ne s’est pas faite innocemment et pas en un jour non plus.
« Chez Fernando » a commencé par accueillir des travaux de Jef Aérosol puis d’autres de la célèbre MissTic, au point de devenir un lieu de passage pour ces artistes et ceux qui sont venus les rejoindre ensuite, un espace où ils aiment dédicacer leurs livres quand un album finit par se faire autour de leurs œuvres vagabondes.
 
Un détail a attiré l’œil du photographe : il se situe un peu en bas, et à droite dans l’ensemble ornemental qui fait rougeoyer la rue…
L'auteur de cette partie du décor se fait appeler « Artiste Ouvrier ». Je le mentionne avec quelque retard puisque je viens seulement de l'apprendre.
 
 
Sur fond de vermillon, chair vêtue rouge et noir, la fille, la femme aux poignets liés par un foulard, par un mouchoir, papillonne en pochoir, guêpière ou corselet…
Si l’histoire se corse, si guêpe veut piquer, la femme sur le bar, la fille aux yeux fermés ouvrira son regard et brisera l’écorce.
Belles aux mains entravées, belles avec leurs ailes, leurs sceptres et boucliers, belles agenouillées ou recroquevillées, belle debout ployée…
Méfiez vous de celles, les filles ou femmes belles semblant à tous données, n’y touchez pas de près !
Dans leur feu coloré, elles sont (p)réservées…