Nobuyoshi Araki Flower

Photo © Nobuyoshi Araki.

 
 
 
 
Nobuyoshi Araki est mon photographe favori, tout le monde le sait.
Je ne crois pas être la seule à l’aimer dans le petit monde BDSM.
En juin, il présentait au Japon une exposition des derniers travaux qu’il a fait cette année.
Elle se nommait « Hana Kinbaku ».
« Hana », pour ses fleurs luxurieuses et légendaires, « Kinbaku » pour ses bondages voluptueux.
Pour comprendre Araki, il ne faut pas prendre en compte un seul des axes de son œuvre.
Dans le cas de l’exposition en question, les fleurs comptaient autant, érotiquement, que les shibari(s)….
 
Mais attention, les fleurs, c’est quelquefois trompeur…
D’où l’hilarante anecdote que nous conte Pappolène, libraire de son état et surtout l’une des toutes premières blogueuses francophones, à l’heure où les carnetiers ne dépassaient pas encore la centaine dans tout l’hexagone.
Perdue de vue pour moi depuis environ deux ans, deux années durant lesquelles elle avait choisi le silence « on the blogs », la voici depuis peu reprise du virus et de retour pour nous raconter ses aventures avec son ton à nul autre pareil.
C’est avec une joie immense que je la retrouve.
Et justement, au sujet d’Araki et de ses fleurs…
Mais je lui laisse la parole.
 
 
NB : Le blog de Pappolène n’a strictement rien à voir avec la blogobulle BDSM.
Obsédés de la chose, s’abstenir.
Amoureux des belles plumes, faire le voyage d' un clic sur sa note du 13/07/2008.