Il y a des jours où le BDSM est la dernière de mes préoccupations.
Et je n’ai plus la disponibilité nécessaire pour tenir deux blogs, comme du temps de « oiselle » sur U-blog.
 
 
 
Je suis révoltée et j’ai honte.
 
Honte parce que, me promenant sur ce que l’on nomme la « blogosphère » des notables, je ne trouve pas une ligne qui signale les deux faits criants de cette journée, deux faits qui me révoltent :
1- L’annonce du premier très mauvais coup porté à la Sécu à travers la remise en cause des remboursements à 100% des médicaments dits « de confort » (tu parles d'un confort !) prescrits dans les A.L.D. (affections de longue durée), de la possible révision de la nomenclature de ces mêmes A.L.D. [le gouvernement décidera d’ici le…15 juillet].
2- La proposition des députés U.M.P. de revenir sur l’I.S.F. parce que la « Toque » Alain Ducasse a demandé la nationalité monégasque.
 
Deux poids, deux mesures.
Deux conforts.
Comment feront les malades qui n’ont pas les moyens d’une couverture mutualiste solide et encore moins d’une assurance privée ?
Est-ce vraiment le moment de parler obscènement de supprimer l’I.S.F. ?
 
Sans compter la tentative faite lundi d’accuser R.E.S.F. d’être pour quelque chose dans les incendies du centre de rétention de Vincennes, le jour même où le gouvernement nous lançait sa campagne de spots télévisés publicitaires d’autosatisfecit…
 
Mais où va-t-on ?
Qui osera me dire que c’est ce monde-là dans lequel il veut vivre ?