Obnoxius BDSM Chasteté

Photo © Obnoxius
 
 
 
Se retrouver tendue/pendue au fil emmêlé entre la conscience et l’inconscience comporte aussi des secousses comme électriques qui empêchent la routine.
Abandonner ses membres à une mer épidermique au mouvement perpétuel voluptueux et recevoir des décharges d’adrénaline comme un court circuit (synergies à entretenir entre douleur et plaisir).
 
La raie là. L’art est là.
Pas l'arrêt.
Fugues estivales, clichés printaniers, longs métrages hivernaux, danses automnales (saisons d’années, saisons damnées).
 
La vie coupe le souffle entre privations, récompenses, prises en compte et laissées pour conte.
Certains nœuds se dissolvent dans des vapeurs de White Spirit, d’autres se nouent dans des saveurs de Black Label (tout est affaire de décor, tout est à faire avec nos corps).
Je perds et passe quand j’ai des mots.
Des mots pour le dire. Des mots à maux. Des maux à mot dire.
 
Les jeux qui Tu. Les tus qui je.
Et moi, et moi, et moi, "jamais d’autre que Toi".
Ce sont toujours ces histoires-là que j’écrirai, que je crierai…