Ballet Béjart Brel-Barbara Béjart Ballet Lausanne 2005

                                        Photo © Béjart Ballet Lausanne
 
 
 
De Maurice Béjart, disparu le 22 novembre à Barbara qui nous quittait il y a dix ans jour pour jour, il y a tout un chemin à faire en se laissant guider par la lettre B
 
Il convient de passer par Brel et par Bruxelles…
C’est la Belqique qui les lie, plaque tournante de la vie des deux premiers et plat pays du Grand Jacques.
Ils s’estimaient tant tous les trois qu’ils voulaient « faire ensemble quelque chose »…
 
La longue dame brune dont le corps pouvait prendre la forme de tous les signes de ponctuation était bien de nature à inspirer la danse, à aspirer à la danse…
Brel ne lui offrit-il pas d’ailleurs une valse dans son film « Frantz » et Béjart un rôle dans le sien, « Je suis né à Venise » ?
 
Mais « la vie ne fait pas de cadeau ».
Brel l’avait compris et chanté.
Il devait tellement s’ennuyer aux Marquises qu’il fut le premier des trois à prendre le large.
La longue dame brune avait des « insomnies » qu’elle nous susurrait fort bien…
Nous sommes-nous assez laissés prendre par sa touchante voix brisée pour la croire heureuse ou bien devinions-nous que « Marienbad » et sa « plus belle histoire d’amour » cachaient une vie bien fragile qu’un « aigle noir » passa pour emporter trop tôt?
Béjart, le plus connu des chorégraphes du XXème siècle, fut l’objet de nombreuses controverses.
Génial, commercial, expérimental, banal ou bien monumental ?
Il aura en tout cas oeuvré jusqu’à sa dernière heure, à plus de 80 ans.
 
Et en 2005, seul des trois à nous être restés, il mettait en scène un spectacle Brel-Barbara avec son Béjart Ballet Lausanne.
 
C’était un temps (un tempo, un Bal chez Temporel) où Bruxelles dansait...
 
Il demeure un DVD pour nous souvenir de cet événement, de cette réunion des trois pour « faire ensemble quelque chose ».
 
Ce qu’il contient ? Vous le saurez en lisant .
Mais je vous fiche mon billet que Barbara aurait aimé. Et Brel aussi, je vous dis pas !