soumise fessée corset porte-jarretelles photo Christian Peter

                                                      Photo © Christian Peter

 

 

 

Le BDSM a toute sa place ici. Entre autres variantes multiples.

Pourtant...

Le Musée de l’Erotisme à Paris, je ne vois jamais personne en parler.

Est-ce parce que, situé à Pigalle, personne ne veut lui accorder sa consécration de Musée à part entière ?

Est-ce parce que l’idée d’un Musée de « L’Erotisme » dégage encore quelque fâcheux fumet de dédain ou de peur en soi ?

 

Toujours est-il que pour notre part, nous ne manquons jamais de le visiter.

Et que nous trouvons moyen de ne pas avoir encore tout vu dans cet antre labyrinthique qui montre des exemples soigneusement sélectionnés et entretenus avec méticulosité de l’art érotique de toutes les époques et de toutes les civilisations.

 

Le Musée de l’Erotisme s’offre, en plus de ses collections permanentes, l'occasion d’organiser des expositions.

C’est ainsi qu’en mars dernier, nous avions pu y admirer les dernières oeuvres de Christophe Mourthé.

Même si ce ne sont pas uniquement des photographes qui y sont à l’affiche ( trois expositions -dessins, peintures, photos- sont  généralement données à voir aux mêmes dates), c’est encore un homme de l’objectif qui nous a éblouis cette fois-ci.

D’autant plus qu’il est français et qu’il nous était jusqu’alors totalement inconnu.

On peut donc le voir depuis le 23 mars et ce jusqu’en septembre 2007 au Musée évoqué plus haut (musée dont je vous conseille d’ailleurs la visite virtuelle d’un coup de clic, l’appétit venant en mangeant!).

 

Christian Peter, puisque tel est son nom, peut aussi être vu sur son site web.

De lui, nous ne savons que bien peu : il aurait dans les cinquante ans et une passion immodérée pour la féminité qu’il sait mettre en formes et en valeur avec toutes ses courbes.

On est bien loin, avec lui, des mannequins frôlant l’anorexie.

BDSM et Fetish, il enchante nos yeux en nous montrant ses corps en parures de masques, colliers, corset et porte-jarretelles (dont vous avez un exemple ci-dessus) mais aussi, sur d’autres beaux clichés, pourvus de ces rondeurs arrière callipyges qui en appellent à de tendres fessées.

"Sa" femme n’est pas seulement une soumise, non plus qu’une amazone, c’est une femme vraie qui sait se vêtir pour séduire et se dévêtir pour séduire aussi.

 

Tout l’art de l’érotisme ne se situe-t-il donc pas là ?

Et le BDSM n’est-il pas avant toute chose un érotisme ?