BDSM Photo Intime

 

Devant le miroir, je me passe du rouge.

J’ai mis des années à trouver le bon, un vrai rouge très chargé de pigments mais fait d’une cire qui glisse et adhère pour des heures.

Le rouge à lèvres est la seule élégance qui ne jure pas avec un collier.

Après seulement, je suis prête.

 

Tu peux ensuite me mettre un masque, un foulard, un bandeau.

Derrière mes yeux commence alors à défiler un film en noir et blanc, une chimère avec seulement la certitude de ce point rouge et fixe, comme une cigarette allumée dans la nuit.

Je vois des gares imaginaires, des visages aux fenêtres de trains sur le départ, j’ai dans le nez l’odeur du goudron sur une route à peine refaite, j’entends des voix de femmes qui s’interpellent à travers le brouillard.

Il est incroyablement peuplé ce silence déroutant qui a pourtant envahi la pièce.

 

Tout est à présent devenu infiniment cruel et excitant.

Dans ces instants, je suis parfaitement soumise.

 

Comme les larges ailes déployées du faucon qui s’en retourne vers la main gantée de son propriétaire.

Attendant qu’il lui donne en guise de récompense quelques rouges grains de grenade.

Soumission passion.

 

Passion, ma nourriture…