Nobuyoshi Araki Bondage Serie Suspension

                                                Photo © Nobuyoshi Araki

 

 

Balancer, balancer…

Le pendule que je suis

Bat le temps.

Balancer, balancer…

J’ai les bras bien  tendus

Et me tiens fermement,

Agrippée à ce crochet

Qui me tourmente

De savoir qu’il retient

Un peu comme un miroir

Mon image à l’envers.

Balancer, balancer…

Fragilité d’un jonc :

Le vent impétueux

Veut l’entraîner au fond…

Balancer, balancer…

En moi immensément…

Me hurler en dedans

« Ne regarde pas en bas !

C’est le vide en dessous ! »

Sans qu’un seul mot ne sorte

De mon effroi glacé.

Balancer, balancer…

Jusqu’à l’aveu enfin :

« Je n’y arrive plus ».

 

Pour aussi violent que soit le vent

Pour aussi fragile que soit le jonc

Il ne cède pas si la terre qui le soutient

En maintient solidement la racine.

 

Balancer, balancer,

Me balancer, bercée,

Dans Tes bras à la fin.