Photo © Photosight

 

 

Dédié à celles qui s’y reconnaîtront.

 

 

Il n’y a aucune raison pour que tu m’aimes en me voulant.

Si de mon côté je ne veux rien pour moi-même,

Comment pourrais-je désirer que tu me veuilles ?

Mon désir est pour toi : il s’épuise tandis que je te désire et ainsi

Il se renouvelle sans cesse, sans trêve, à l’infini,

Comme si nous vivions entre des millions de départs et d’arrivées:

L’un s’en vient derrière l’autre sans attendre le prochain.

Big Bang. Etoiles explosant à l’instant sans nulle trace encore et

Poussières dorées de celles mortes depuis des milliers d’années…

 

Mon esprit est parvenu à la liberté  la plus totale depuis

Qu’il s’est posé cette question : « Et puis ? ».

Et bien, si tu te présentes sans bagages, nous marcherons

Ensemble vers le seul but qui vaille la peine.

Si tu arrives encombré de valises, je t’aiderai à les porter

Jusqu’au prochain carrefour. Mais là, tu devras choisir.

Et dans un cas comme dans l’autre, souviens-toi

Que je garde un miroir dans ma poche. Celui-ci ne fait

Que te refléter alors que tu ES…