Si en BDSM, « vanille » signifie la sexualité classique, « guimauve » désigne l'expression BDSM non hard. Ecrire sur le don, l’abandon de soi à l’autre pour des raisons amoureuses est guimauve. Même si ses pratiques ne le sont pas, « guimauve » entache les propos de celui ou celle qui les évoque d'une certaine manière d’une estampille quelque peu condescendante, voire totalement méprisante.

 

Mon weblog est guimauve. Il ne contient pas de descriptions de scènes crues, ni violentes. Je n’y raconte pas mes rapports sexuels et je ne suis qu’allusive quant à mes jeux D/s, je n’y montre pas d’images dures, je n’étale rien.

Guimauve et décalée. Nul ne peut lire mes textes d’une seule main, je n’allume personne, rien ici n’incite au fantasme…

 

C’est ce que j’ai voulu. Le fantasme est assez exacerbé par ailleurs, il fait ses ravages sans que j’en rajoute.

 

Le fantasme BDSM, c’est la recherche que font des hommes, dans la solitude, d’une femme qui, parce qu’elle est dite soumise, est « bonne à tout faire ». A laquelle on ne doit aucun respect.

 

Certain(e)s entretiennent commercialement le feu de ce fantasme. D’autres se font plaisir en écrivant de sites en forums de la très mauvaise littérature érotique qui fait monter les hommes au plafond. Ces auteurs, dont une partie sont des femmes, se rendent complices de cette vision du BDSM qui dégrade le sexe qui est le leur. Même en se disant amazones, elles en reviennent toujours à proposer la norme masculine.

Non, décidément, Catherine Breillat a raison : l’expression d’Eros au féminin n’existe pas encore ( je ne parle pas ici, bien sûr de quelques très bonnes écrivaines publiées, cela va de soi, mais des "amatrices").

 

Ce weblog a beau être "guimauve", il n’est pourtant pas « gentil » : il épingle de manière récurrente ce qui, à mon sens, doit l’être.

Pour moi, le BDSM, en général, ne peut exister sans le respect de l’autre et en ce qui me concerne personnellement, il est inconcevable sans amour.

 

Je vous ai souvent parlé des maîtres de pacotille et de leur quêtes insensées.

 

J’ai pris la liberté de réunir ce soir quelques petites annonces trouvées ici et là et de les placer dans un article que je n’ouvre qu’aux lecteurs majeurs, puisque les lieux dont ils proviennent contiennent tous un disclaimer.

 

Ceux d’entre vous qui ont l’âge requis pourront donc lire ce qui n’est pas « guimauve », ce qui procède de la vision du BDSM généralement véhiculée et se feront leur propre opinion…

 

AURORA-CHAMALLOW

 

 

AVERTISSEMENT DONC :

 

Si vous n'êtes pas majeur(e), ou si vous craignez d'être choqué(e) par certains types de contenu, nous vous invitons à ne pas continuer.

 

Je suis majeur(e), j'ai bien compris de quoi il s'agissait et  je veux lire l’article, je clique ICI.