M COMME MANILLES 12 ( NOIR OU ROUGE, NOIR ET ROUGE ) NOIR ET ROUGE 1 : LES MASQUES A VENISE ...

 

NOIR ET ROUGE 1

 

 

LES MASQUES A VENISE... 

 

Au Carnaval,

Evanescente

Avait quatre parures:

C'est bien normal

Pour une passante

D’aimer les vêtures.

 

Certains en avaient tout autant,

D’autres en avaient plus.

Certains plus importants,

D’autres pleins d’astuces.

 

Rouge et noire fut sa

Robe de lumière,

Sa tenue de combat

Ephémère.

 

Elle se croyait à Venise

Sous les masques

Quand souffla soudain froide bise

Du naseau de deux Tarasques.

 

Ils racontèrent aux enfants

Une histoire pas très jolie

Ça ne se fait pas : les enfants

Croient tout ce qu’on leur dit.

 

Les enfants jetèrent des pierres

A la fée tranquille

Qui s’en fut vers d’autres terres

Plus paisibles.

 

Qu'est devenue la fée des masques ?

Elle est ici.

Elle est ici toujours relapse

Mais embellie.

 

Eux ne cessent, sous d’autres noms,

Sous diverses appellations

De mentir sans vergogne,

Vendant du vent,

Trois mois, un an,

En leur royaume.

 

Qu’il soit midi, qu’il soit minuit,

Les enfants continuent

A croire tout ce qu’on leur dit,

Ces ingénus.

 

Ceci restera ma complainte

Vénitienne.

Elle s’achève ici sans plainte

Enfin sereine.

 

Même s’il y a toutes les chances

Pour que ne durent

Indéfiniment l' indécence

Et les parjures.

 

Les enfants ne sont pas coupables

Qui croient toujours ce qu’on leur dit.

Ils jouent là dans leur bac à sable:

Ça leur suffit.

 

Au Carnaval,

Evanescente

Avait quatre parures.

C’est bien normal

Pour une passante

D’aimer les vêtures…