M COMME MANQUE 8 ( HOTEL IRIS - YOKO OGAWA ) ...

 

Ma passion pour le bondage m’a poussée à rechercher des textes concernant cette pratique. Las, dans la littérature française, je n’ai pas trouvé grand chose même si je vous en donnerai cependant un petit échantillon une autre fois…

Le « shibari » nous venant du Japon, c’est chez Yôko Ogawa, jeune écrivain(e)  du pays du soleil levant (dont j’aime toutes les œuvres publiées chez Babel) et dans son roman « Hôtel Iris » que j’ai sélectionné deux passages, l’un que je vous donne ce soir et qui concerne « la première fois » de la narratrice, et un autre que vous lirez demain….

Au-delà de ce type d’extrait, « Hôtel Iris » est un roman superbe, d’une structure narrative épurée comme le sont tous les textes de cet auteur et bien souvent tous ceux des narrateurs japonais.

J’illustre ces deux passages ( ce soir et demain)  par des photos prises sur le site que Trasimarque nous a généreusement fait connaître, il y a quelques semaines…

 

 

«  Un lien étrange avait fait son apparition, comme surgi de nulle part, avec lequel il entreprit de me ligoter.(…) Le lien mordant mes chairs boursouflait mon corps. L’homme était habile.

Du début jusqu’à la fin, dans un beau mouvement, ses gestes furent parfaits. Tous ses doigts remplissaient fidèlement leur rôle et je paraissais l’objet d’un tour de magie.

Je n’arrivais pas à me figurer l’aspect pris par mon corps. Pour le savoir, je ne disposais que de la vitre de la bibliothèque.

Mes bras étaient attachés dans le dos au niveau des poignets. Mes seins, difformes, écrasés, mais leur extrémité avait légèrement rosi comme s’ils désiraient être caressés. Le lien qui serrait mes genoux fléchis contre mes cuisses et mon bassin ouvrait largement mon entrecuisse. Au moindre mouvement pour le refermer, il serrait un peu plus, s’incrustant dans mon être le plus secret. La lumière s’insinuait profondément dans des endroits qui n’avaient jusqu’alors connu que les ténèbres. »

 

                        Yôko Ogawa - Hôtel Iris - Babel