L COMME " LUST "...

 

« Lust », c’est le désir, l’envie.

Il faut écouter la sonorité des mots. L’envie, il faut l’entendre « en vie », le désir il faut l’entendre « des ires »… Quelle pire colère pour ceux qui sont en vie, d’être tout aussi mortels…

Et ainsi, de tout temps, c’est l’Eros en vain combat contre le Thanatos qui ont conduit nos actes.

 

L’érotisme comme un baume posé sur la plaie inguérissable de l’humaine nature.

Quand je jouis, quand je crie, quand j’ai mal, quand j’ai du plaisir, quand j’ai du plaisir d’avoir mal, je suis vivante. Et la sagesse populaire a même nommé l’orgasme « petite mort » pour nous donner cette illusion de triompher sans cesse et d’être vivants…

 

Vivants de mille et mille vies… Toujours recommencées…

Nos sexes amoureux comme hérauts pour nous proclamer invincibles…

Phénix d’avance démentis mais quelle victoire de pouvoir y croire…. De faire semblant d’y croire…

 

La morale religieuse, basée sur le chemin de croix terrestre et sur la contrition a toujours renié le sexe pour cela.

Il en allait de sa survie. Si le paradis est sur terre, elle n’a plus de raison d’exister.

 

Je pense à Paul Fort qui écrivit :

 

« Il faut s’aimer sur terre

Il faut s’aimer vivants. »