Je lis de plus en plus souvent sur le Web des témoignages de femmes qui se disent " soumises à leur mari "…

Lorsqu’on y regarde de plus près, on s’aperçoit qu’il s’agit d’échangistes, d’exhibitionnistes ou d’apprenties libertines qui n’ont rien, mais alors rien à voir avec la soumission…

Ce n’est pas parce qu’un époux concupiscent aura placé une webcam dans un angle de la pièce et aura poussé devant madame nue qui minaude qu’il y a une quelconque domination.

Même si les images finissent sur la Toile….

Même si c’est en toute bonne foi et dans un but non lucratif…

Ce n’est pas parce qu’il aura amené ses deux vieux potes et leurs femmes un soir et pris des photos immédiatement envoyées on-line qu’ils auront en une quelconque manière, vécu un remake de " La prisonnière " de Clouzot…

Même si le raconter super-excite la dame à ce seul souvenir et ses lecteurs à la lire.

Voilà donc du libertinage-accessoirisé-début de troisième millénaire…

Quant à savoir où est le SM là dedans …

Il ne faut pas jouer sur les mots de peur de passer pour ignorant. Le vocabulaire , tout comme l’orthographe d’ailleurs, sont aujourd’hui les seules valeurs qui distinguent encore la culture authentique du clavardage oiseux…

Alors, les " soumise à mon mari " de cette espèce, ça me fait doucement rire..

Après les " Je me la joue " du vrai milieu SM, voici les " Je m’y crois " du milieu n’importe quoi…

On ne reprend pas les mêmes mais on continue…

Dommage !