Pierre Klossowski est mort le dimanche 12 août 2001, à Paris, à l'âge de quatre-vingt-seize ans, quelques mois seulement après son frère, le peintre Balthus. Romancier, essayiste et traducteur - du latin de Virgile à l'allemand de Hölderlin, Nietzsche ou Benjamin -, il créa et anima un espace mental dominé par quelques figures obsédantes. Cérébral et souverainement ironique, l'érotisme qu'il affectionnait habite aussi son œuvre picturale. Celle-ci, qui commença à être reconnue et appréciée au début des années 1970, met en scène les mêmes corps et les mêmes visages que l'œuvre écrite, qu'elle prolonge sans l'illustrer.
 

Bibliographie

      1905 : naissance à Paris, le 9 août.

      1930 : traduction (avec Pierre Jean Jouve) des Poèmes de la folie de Hölderlin (éd. Fourcade, repris chez Gallimard en 1963).

      1947 : Sade, mon prochain, essai (Seuil, réédité modifié et augmenté du "Philosophe scélérat", Seuil, 1967).

      1948 : traduction des Méditations bibliques de Hamann (Minuit).

      1950 : La Vocation suspendue, roman (extraits dans Les Temps modernes, puis Gallimard).

      1954 : Roberte ce soir, roman (Minuit) ; traduction du Gai Savoir de Nietzsche (Club français du livre, puis Gallimard, 1967). Etude de Georges Bataille sur P. K. dans Critique (février).

      1956 : Le Bain de Diane, essai (J.-J. Pauvert, puis Gallimard, 1980). Première exposition privée, cour de Rohan à Paris, à l'initiative de Giacometti et de Masson.

      1959 : La Révocation de l'édit de Nantes, roman (Minuit). Traduction de la Vie des douze Césars de Suétone (Club français du livre), du Journal de Paul Klee (Grasset) et des Minutes du procès de Gilles de Rais, avec Georges Bataille (Club français du livre, puis J.-J. Pauvert, 1965).

      1960 : Le Souffleur ou le Théâtre de société (J.-J. Pauvert).

      1961 : traduction du Tractatus logico-philosophicus de Wittgenstein (Gallimard).

      1963 : Un si funeste désir, recueil d'essais littéraires (Gallimard).

      1964 : traduction de L'Enéide de Virgile (Gallimard, puis André Dimanche, 1989). Article de Michel Foucault dans L'Express et dans la NRF (mars), "La Prose d'Actéon".

      1965 : Les Lois de l'hospitalité, reprise, avec préface et postface, des trois précédents romans (Gallimard, "Le Chemin"). Le Baphomet, roman (Mercure de France).

      1967 : exposition au Cadran solaire à Paris. Désormais, presque chaque année, P. K. exposera à Paris, mais aussi à Genève, Rome, Milan, Turin, Anvers, Mexico...

      1968 : Origines culturelles et mythiques d'un certain comportement des Dames romaines, essai (Fata Morgana).

      1969 : Nietzsche et le cercle vicieux, essai (Mercure de France). Gilles Deleuze reprend son essai sur Klossowski, "P. K. ou Les Corps langages", paru dans Critique, dans La Logique du sens (Minuit).

      1970 : La Monnaie vivante, essai, avec des photographies de Pierre Zucca. Avec ce photographe, P. K. réalisera deux films, en 1975 et 1979, autour de la figure de Roberte. Numéro de L'Arc (no 43) consacré à P. K. (dirigé par R. Micha).

      1971 : traduction du Nietzsche de Martin Heidegger (Gallimard).

      1974 : Les Derniers Travaux de Gulliver suivi de Sade et Fourier, essais (Fata Morgana).

      1978 : L'Hypothèse du tableau volé, film de Raul Ruiz d'après P. K.

      1984 : La Ressemblance, recueil d'articles et d'entretiens avec Alain Arnaud (André Dimanche)

      1990 : première grande rétrospective au CNAC, à Paris. Parution de l'essai d'Alain Arnaud, meilleure introduction à l'ensemble de l'œuvre de P. K. (Seuil, "Les Contemporains").

      1994 : L'Adolescent immortel, théâtre (Lettres vives) et Le Secret pouvoir du sens, entretiens avec Alain Jouffroy (Ecritures).

      2001 : Tableaux vivants. Essais critiques 1936-1983 (Le Promeneur).