LE SENAT N’EXAMINERA PAS LA LEN EN SECONDE LECTURE AVANT DEBUT AVRIL ; IL NOUS RESTE DU TEMPS POUR NOUS MOBILISER ET AGIR : POUR TOUTES LES INFOS ET LES PETITIONS EN COURS, C’EST ICI !!!

                                   

L COMME LIGOTAGE ...

 

Le bondage version actif avec en photo Mistress Midori en pleine action et ce texte, ô combien technique de M., paru il y a quelques jours sur un site ami, en réponse à un autre texte dont par discrétion, j’ai bien sûr enlevé la citation…

Allez, n’ayez pas peur, je vous le disais hier, ça reste avant tout une histoire de liens du cœur, bien au-delà de la simple performance de telle ou tel…..

Mais au moins, vous aurez vu l’aspect « matériel » de la chose, sur laquelle je suis tout, sauf spécialiste….

 

 

 

 

 

"Je reprends quelques lignes du précédent message de XXX

 «  XXXXXXXXXX…………………………. »


Je ne suis pas tout à fait d'accord avec l'emploi du mot nylon, terme par trop générique et qui recouvre une grande famille de produits aux propriétés très différentes..

Il faut absolument bannir les cordages en polypropylène.
En effet outre leur relatif manque de souplesse, ce sont ceux qui présentent le plus grand risque de brûlure par frottement.

A la rigueur on peut se servir de cordes en polyester, type cordage de marine que l'on trouve chez tous les "shipchandlers" dans différents coloris et diamètres. On préfèrera, malgré leur coût plus élevé, les cordages d'amarrage de construction "squareline" qui ne font jamais de coques et restent toujours souples.
Sinon, choisir des cordages dont la gaine est tressée avec un maximum de fuseaux: 24 ou mieux 32 (plus le nombre est élevé, plus souple est le cordage).
Pour les suspensions, privilégier ce type de cordes pour leur charge de rupture élevée (env: 800 Kg pour 6mm/ 1200Kg pour 8mm/ 2000Kg pour 10mm). Ce qui laisse donc une marge de sécurité confortable puisque la charge de travail est, en général, d' 1/5° de celle de rupture.

Pour un bondage simple, sans suspension, l'idéal, à mon avis, reste le cordon d'ameublement en coton, qui toujours souple est, autre avantage, d'un contact très doux.
Un seul inconvénient... son prix!
Mais quand on aime, doit-on compter?

En ce qui concerne le diamètre, je trouve un peu gros celui qui est préconisé (10 à 12 mm).
Dans ces tailles, le maniement n'est pas aisé et les noeuds risquent de manquer d'esthétisme.
Et si d'aventure, vous vouliez sortir, au restaurant ou autre, votre soumise "bondagée" sous ses vêtements, imaginez le volume de pareils noeuds...
6 à 8 mm de diamètre suffisent pour faire un bondage efficace et esthétique... et sans danger particulier si l'on ne transforme pas son sujet en rosbeef...

Je dis sans danger particulier mais ne jamais oublier que nos "jeux" peuvent être (sont toujours?) dangereux!!! Prévoir et avoir toujours à portée de main de quoi couper immédiatement la corde!!!!

Et deux recommandations pour l'entretien de vos cordes.
Les lavez de temps en temps (même en machine) à 30° avec "beaucoup" d'assouplissant au rinçage.
Ne pas les laisser en vrac, mais toujours les lover soigneusement, sans noeuds ni coques, après usage.

Amusez vous bien. "

MARDEN