POUR LE LIVRE D'OR: Une image qui exprime ce qui demeurera mon souvenir perso...

 

 

« J'aurais voulu te dire
J’aurais voulu te dire vraiment
Quelque chose
Autre chose tu sais...

Mais je n'ai plus d'idées

Et je suis fatiguée… »


( Françoise Hardy-Gabriel Yared in « Fatiguée » - 1980 )

 



J’aurais voulu y croire

J’aurais voulu y croire pourtant

La fin de l’histoire

Dans l’honneur et le panache

Le panache blanc…

Sabordage à l’ancienne

Et belle sortie de scène

Mais tout était truqué

Et je suis fatiguée

 

J’aurais voulu y croire

A ce retour vers l’enfant

Ce vélo dans les vignobles

Et ce pont si menaçant

Qu’un nouveau départ

Aurait rendu différent

Mais tout était pipé

Et je suis fatiguée

 

J’aurai voulu comprendre

Ce voyage dans les songes

J’aurais voulu étendre

Un voile et passer l’éponge

Souhaiter du bien

Pour les choses à venir

Espérer que l’âme changeait

Pour redevenir…

Mais tout était faussé

Et je suis fatiguée.

 

                                                       Depuis longtemps déjà

       Les mots sont mots de mensonge

Depuis toujours là-bas

Il n’existe qu’une voix,

Il n’existe qu’une voie…

 

Combien de temps encore

Les gens feront-ils les morts ?

Combien de temps encore

Toutes ces gens idolâtres

Croiront aux veaux d’or

Et ne sauront pas se battre ?

 

J’aurais voulu y croire

J’aurais voulu y croire pourtant

Jeter mon bouquet sur l’eau

Saluer le paquebot

Dans son sabordage

Son voyage

Au fond des eaux

Pour enfin renaître

Sincère et pour être.

 

Mais rien n’était vrai

Et je suis fatiguée…