Le blog ou l'écriture virtuelle AURORAWEBLOG

                                                 Dessin © Loustal
 
 
 
J’espère qu’ils sont tous partis, j’espère surtout qu’ils sont tous bien arrivés.
J’ai essayé de suivre un peu mais je m’y suis perdue.
Beaucoup, quand la nouvelle a été annoncée, sont dans la journée même allés s’inscrire sur Vox (comme j’ai, moi, fait alors un essai sur Typepad), puis quelques jours plus tard, mécontents, ils ont migré ailleurs. Puis ailleurs encore.
Et de lien en lien, j’avoue avoir dénoué le fil et ne pas savoir où ils sont.
Mais je sais qu’ils bloguent encore et c’est l’essentiel.
 
Je pleure pour ceux qui ont choisi d’achever là leur blog.
Ils ont été plus nombreux que je ne le pensais.
Et j’en veux à SixApart.
D’avoir tronçonné l’arbre de certains à un moment où ils n’étaient pas très motivés (chaque blogueur connaît bien ces périodes de passage à vide… ensuite l’on revient…parce qu’un blog, c’est chez soi…et comment revenir ou recommencer ailleurs lorsque l’on a laissé, par lassitude, les notes de deux ans et plus se perdre ?).
 
Il y a aussi tous ces U-blog qui n’étaient plus alimentés depuis des mois -parfois des années-mais que l’on pouvait aller relire. Les copains du début. Des voix qui s’étaient tues mais dont il restait une trace.
C’est cette nuit qu’elle s’efface.
 
Dans l'un des commentaires de son blog, Stéphane nous avait demandé de ne pas « spammer » les U-blog avec le lien de KarmaOS.
Comme j’étais aussi -de moi-même- réticente à cette manœuvre, j’ai suivi et ne l’ai pas fait.
J’ai seulement prévenu Lysp, comme Blownblue et Orteil l’avaient fait pour moi, et mis un mot chez Ennairam qui, finalement, n’est pas venue, à cause de l’inscription à faire pour qui veut commenter.
 
Bien sûr, ce soir, je le regrette un peu.
Ne pouvaient se retrouver ici que ceux qui y sont, c'est-à-dire ceux qui savaient que Stéphane Le Solliec avait été à l’origine de U-blog.
Donc, pas les plus récents des U-blogueurs.
Et ce sont malheureusement ces derniers arrivés qui ont, le plus souvent, jeté complètement l’éponge après l'annonce du 12 septembre.
Il faut reconnaître là l’échec de ceux d’entre nous qui s’y impliquaient, après que le forum d’entraide U-blog a été supprimé, à continuer à faire vivre la plateforme dans son esprit initial de communauté.
C’est là que le boulet de canon nous a sifflé aux oreilles.
Le reste n’a, ensuite, plus été que sursis.
 
Nous n’avons pas nous-mêmes exporté tous nos blogs, seulement AURORAWEBLOG et AURORARCHIVESETBDSM (pas parce que le second est aussi BDSM, il ne le sera plus justement, je m’en explique en le rouvrant ici)…
« Oiselle » et cinq autres seront emportés cette nuit.
C’est un choix. Sur certains d’entre eux, nous n’écrivions plus depuis 2004 mais nous savions qu’ils existaient.
Et c’était important. Une petite chaleur au coeur.
Par les moteurs, ils avaient toujours quelques visiteurs quotidiens.
 
Un jour, il faudra que quelqu’un se penche sur le rapport que l’on a avec l’écriture publiée en virtuel.
J’ai toujours écrit. Avant 2002, avant d’avoir un PC, c’était « pour moi » sur des cahiers.
Dès que l’on est lu, c’est différent.
Cette écriture que l’on « donne à lire » à tous, j’ai le sentiment qu’elle nous appartient bien plus encore.
 
En 2002, ma première expérience d’écriture en virtuel s’est faite, juste quelques mois avant mon premier U-blog, dans les forums d’un chat BDSM.
Lorsque l’on m’a mise à la porte, le 22 octobre (ça ne s’invente pas, cette date me poursuit !), ce qui m’a le plus atteinte, ce fut d’avoir laissé là-bas mes textes.
Juridiquement, ils appartenaient au site pour trois ans, selon ses C.G.U.
 
J’ai eu beau les republier sur mes blogs, je n’ai été « en paix » que lorsque Marden, aux trois années échues, a obtenu par lettre recommandée, justifications etc. que tout de nous deux soit là-bas effacé.
Je déplore quelquefois que pour parvenir à cela, vu qu’il était -de nous deux- l’ abonné inscrit avec pièce d’identité et donc le seul légalement apte à faire cette requête, il ait fallu que ses textes soient concernés (et donc supprimés) aussi.
Comme c’étaient des réponses dans des « threads », il ne nous a jamais été possible de les mettre sur le blog. Ils étaient incompréhensibles pour qui ne connaissait pas ce qui précédait dans le forum.
Et j’ai eu souvent le sentiment de lui avoir « volé » ses écrits en « regagnant » les miens…
 
Les textes disparus de Marden, c’est mon remords à moi.
Les textes qui disparaissent, ce sont de petits instants de vie, d’espoir, de chagrin, de coups de cœur, de coups de blues, qui meurent tout à coup.
Parce que les mots, c’est toujours de la chair et du sang.
Ça vit et ça vibre.
C’est nous.
 
C’est pour cela qu’en ces heures, alors que nous plongeons dans la Grande Nuit d’U-blog, je veux rendre hommage à ces milliers de notes de U-blogueurs, connus et inconnus de nous, qui s’en vont accomplir la traversée de la page vers le cosmos du World Wide Web, telles des étoiles filantes, telles des navires fantômes, telles des oiseaux de passage…
 
Et me souvenir de tous les liens tissés, de toutes les découvertes, de tous les émerveillements et de toutes les colères aussi.
De ma fierté, de ma gratitude envers Stéphane, pour ce qui fut, à travers AURORAWEBLOG,  le premier blog BDSM ouvert dans le « blogomonde » public.
 
Je souhaite à KarmaOS -qui a la fortune de démarrer sur une réelle vague de communauté scindée et solide-  de réussir là où U-blog a échoué. 
Pour cela, il ne nous faudra pas répéter les erreurs du passé.
Le Net n’est jamais gratuit.
Lorsque l’heure sera venue, nous devrons financer nos blogs en payant ou par la publicité. 
 
Et cette fois-ci, je l’espère, sans états d’âme et sans levée de boucliers.