BDSM Master

                                                              Photo © Photosight

 

 

 

Quelqu’un, de sexe masculin, vient dans un très joli lieu (son blog) d’écrire une note.

Il s’y demande pourquoi, dans un espace BDSM que je fréquente comme lui, aucun Dominateur, Maître etc. n’écrit jamais la parole « homme » pour se désigner.

 

C’est une réalité.

Moi-même je n’y lis que des « Dominateur, je… », « Je suis un Maître qui… ».

J’ajouterai seulement que les soumis font de même.

Et ce, quel que soit le sujet.

Si cet endroit est bien un lieu « dédié » SM, il a la particularité d’accepter toutes les sortes de débats.

C'est-à-dire que les phrases citées plus haut s’appliquent à des threads BDSM mais aussi à d'autres qui parlent cinéma ou politique.

 

Je pourrais faire la même remarque (lui a totalement omis cet aspect pour se concentrer dans son post sur « ce qu’est un homme »)  quant aux personnes du sexe féminin qui se promènent sur les mêmes lignes.

Elles ne sont que « Dominatrice », « Mistress », « esclave » ou « soumise »…

Elles ne se « disent » que comme telles (on laisse, évidemment, de côté les gentils noms d’animaux).

 

C'est étrange d'avoir besoin sans cesse de recourir à une estampille qui n'est pourtant pas l'essentielle.

 

Un niveau au dessus, il convient de noter que les uns (Doms, soumis) parlant des autres (Mistress, soumises) -et réciproquement- n’emploient pas non plus les mots « hommes » et « femmes ».

 

C’est ainsi que se créent les ghettos.

On s’aperçoit un jour qu’on en a soi-même choisi l’épaisseur du barbelé.

 

Je suis femme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger.