Dessin © Man Ray

 

 

 

Il peint, il peint et il laisse courir le cuir,

Le cuir courir, feu sur la peau encor bronzée.

Il peint à l’aveuglette, découvrant les couleurs

Prises sur la palette : rouge, violet, bleu, jaune.

 

Il choisit seulement finement son toucher

Et trace, et souligne, et met en pointillés.

Il serre étroitement le cuir si dur du fouet

Dans sa main en sueur. Et peu à peu alors,

 

Le tableau se complète, émouvant palimpseste.

Il a effacé tout le texte du sable et des marées,

Les mots qui racontaient les semaines passées,

Dès la première marque qu’il a imprimée, là.

 

Il a mis en relief ses paroles d’amour

Et elle, tout à l’heure, se levant dans le jour

S’en ira au miroir voir le dessin qu’elle est

Devenue cette nuit où le temps n’était pas…