Post pour les anciens mais surtout pour les récents U-blogueurs.

Cette note de Jack ( par ailleurs poète remarquable, tout son blog est à savourer ) se demandant que sont devenus les anciens U-blogueurs m'a donné l’envie de me livrer à une petite recherche pour faire « l’état des lieux » d’U-blog qui n’est pas si mauvais que ça et que je développerai en deux parties : historique et actualité…

 

1 _Historique

Où sont les anciens U-blogueurs ? Ailleurs.

Certains ont eu le doigté technique pour créer leurs blogs persos, d’autres s’en sont allés vers des plateformes  plus riches technologiquement.

Je blogue ici depuis le mois de novembre 2002, une époque où n’existaient que deux hébergements français possibles : Metablog ( qui allait devenir u-blog puis U-blog avec la majuscule) et Joueb.

 

u-blog, créé par Stéphane Le Solliec, génial webmaster, fut alors à la pointe du développement et des innovations pendant de longs mois. Jusqu’en décembre 2003 où fut mise en ligne la dernière version d’U-blog, c'est-à-dire celle que vous utilisez actuellement .

Dernière, parce que n’ayant pu faire face financièrement au succès de son outil, Stéphane Le Solliec en arriva à vendre - hélas - U-blog à un certain Loïc Le Meur, totalement inconnu alors dans le monde des blogs mais businessman pur produit signé, sortant gagnant de la vente d'une Web Agency des années 2000.

 

Certains connaissent la suite : LLM se servit d’U-blog pour assurer son entrée dans la blogosphère, faire parler de lui au maximum afin de pouvoir obtenir ce qui avait toujours été son but : la licence de développement de Typepad pour l’Europe (Typepad étant le weblog payant « tout prêt » issu de la technologie Movable Type, appartenant à la société SixApart ).

On voulut alors convaincre les U-blogueurs de passer sur cette solution avec des conditions financières exceptionnelles : quelques-uns ( très peu ) le firent, d’autres ( beaucoup) s’en allèrent et une petite partie resta sur U-blog.

Malgré tout.

 

Un malgré tout qui pèse. En juillet 2004, LLM revendit U-blog à la société mère, SixApart et depuis, il n’y a jamais plus eu la moindre amélioration sur U-blog, Monsieur Le Meur consacrant uniquement tous ses efforts à vendre du Typepad d’un bout à l’autre de notre continent ( à des politiques, des entrepreneurs, des journalistes essentiellement ) et à tenir un blog perso que l’on ne peut lire autrement que comme une immense page d’exploits techniques publicitaires ( le dernier scoop en date étant ce jour même le « podcast » d’un entretien obtenu hier avec Nicolas Sarkozy ).

N’ayant aucun désir de « linker » Monsieur Le Meur (le blogueur le plus lié de France !), je signale simplement qu’en tapant « Loïc Le Meur » dans Google , on tombe sur son ancien U-blog qui donne le lien avec le blog Typepad qu’il tient depuis avril 2004. Ceci pour ceux qui voudront voir de plus près. Je tiens toutefois à dire que la visite est édifiante.

 

Depuis donc, U-blog a été entièrement laissé à l’abandon ( il suffit de voir le forum ), les blogs payants comme l'était le mien sont devenus gratuits d’office (un deal pour que nous acceptions cet état de fait).

Et le résultat en est qu’aujourd’hui dans le domaine des plateformes gratuites Over-blog et Canalblog, solutions innovant en permanence et, pourquoi ne pas le dire, d’excellente qualité se taillent la part du lion.

 

Il est à noter en outre que plus personne n’assure la promotion d’U-blog : Monsieur Le Meur n’en parle jamais et cette année, U-blog n’a jamais été répertorié comme solution de blogs dans aucun des livres, revues ou journaux ayant évoqué le phénomène des blogs. Pas un seul U-blog n’est cité dans un quelconque dico des blogs .

En bref, nous n’existons pas.

Et les créations de U-blogs nouveaux se sont considérablement ralenties ou alors, ils ne font que passer, comprendre et  fuir ailleurs où l’herbe est plus verte.

 

Pourtant, sur l’autre continent, la société mère SixApart a aussi racheté en janvier 2005 une solution de blogs nommée « LiveJournal », mais elle a continué à la promouvoir tout en lui laissant son indépendance et sa possibilité de blogs payants. Je vous donne le lien avec la page du site de Six Apart en français ( Monsieur Le Meur n’est pour rien dans celle-ci, on s’en doute ) et vous invite à cliquer « Live Journal » pour voir ce qui s’en dit. SixApart, en faisant cette acquisition a choisi de la développer et de la faire fructifier.

J’avoue qu’il y a des moments où je me demande si les propriétaires de SixApart savent seulement qu’ils sont aussi propriétaires d’U-blog…

 

2_L'Actualité.

L’actualité d’U-blog consiste dans ce lien avec un site qui, récemment, a cherché à connaître vers quelles solutions allaient les douze millions de lecteurs de blogs en France. 

Si c’est le blogueur qui fait le blog, on sait qu’il n’est rien sans lecteurs.

Vous allez vous apercevoir que sans bénéficier d’aucune publicité sur aucun support, U-blog réussit malgré tout à attirer encore plus de lecteurs que 20six ( bien évidemment Skyblogs,  Over-blog, Canalblog, le fameux Typepad et autres sont largement en tête) mais, je le répète, pour une plateforme disparue des liens de la blogosphère, on peut considérer que nous ne faisons pas si mal que ça.

D’autant plus que nous ne le devons qu’à nous-mêmes et non à l’attirance pour quelques nouveautés techniques puisqu’il n’y a rien de tout ça sur U-blog.

Notre petit succès n’est du qu’à la qualité de nos blogueurs. C’est plutôt une bonne nouvelle.

 

Et la suite ?

Il faudrait que nous parvenions à faire connaître U-blog, à attirer de nouvelles inscriptions.

Peut-être qu’à la fin SixApart nous verrait enfin et nous assurerait le même traitement qu’à Livejournal aux USA.

Pour cela, je ne peux que vous inciter tous à faire parler de vos blogs et même si cela déplaira à certains, à les inscrire dans tous les répertoires de blogs connus de façon à obtenir une bonne lisibilité et une indexation en belle place sur les moteurs de recherche ( pensez soigneusement les titres de vos notes et vos mots-clés par exemple ). Assurer, chacun dans son coin, la visibilité de son blog, c'est aussi assurer la visibilité de l'ensemble de la plateforme par ricochet.

 

Peu à peu, nous pouvons, à la seule huile de nos coudes, si nous persévérons parvenir à attirer l’attention sur tel ou tel de nos U-blogs et, de fil en aiguille, à redorer notre blason perdu.

C’est l’un de mes vœux les plus chers pour l’année qui va naître.

 

Je lis vos U-blogs, je sais que vous en avez l’étoffe pour la plupart.

Je nous souhaite donc bonne chance.

 

tags technorati :