Pier Paolo Pasolini Poème à Marilyn AURORAWEBLOG

                                      Photomontage personnel « rêvé ».

                                    Marilyn sur le tournage des « Misfits »

                                    Pier Paolo Pasolini sur le tournage des « Mille et Une Nuits »

 

Je remercie tout particulièrement celles et ceux qui ont laissé une trace sur les textes de ces deux jours consacrés à Pier Paolo Pasolini.

Merci avant tout d’avoir su comprendre que mes mots n’étaient là que comme un fil à suivre,  une armature afin de donner à lire ceux de Pasolini.

Avant de quitter complètement celui-ci, avant de revenir à mon blogothème, je souhaite ce soir nous accorder cette dernière oasis, ce poème très peu connu que Pasolini dédia à Marilyn Monroe quelques mois après le décès de celle-ci.

 

Du monde antique et du monde futur
la beauté seule était demeurée, et toi,
pauvre petite soeur cadette,
celle qui court derrière ses frères plus grands,
et rit et pleure avec eux, pour les imiter,

 

toi petite soeur plus jeune,
cette beauté-là tu la portais humblement,
et ton âme de fille de petites gens
n'a jamais su qu'elle la possédait,
sinon il n'y aurait pas eu de beauté.

 

Le monde te l'a enseignée,
ainsi ta beauté est devenue sienne.

 

De l'effrayant monde antique et de l'effrayant monde futur
la beauté seule demeurait, et toi
tu l'as traînée comme un sourire obéissant.
L'obéissance demande trop de larmes avalées,
de don aux autres, trop de regards joyeux
qui réclament leur pitié! Ainsi
ta beauté tu l'as emportée.
Elle disparut comme une poussière d'or.

 

Du stupide monde antique
et du cruel monde futur
demeurait une beauté qui n'avait pas honte
de faire allusion aux petits seins de soeur cadette,
au petit ventre si facilement nu.

 

A cause de cela il y avait de la beauté, la même
que celle des douces filles de ton monde...
les filles de commerçants
qui remportent les concours de Miami ou de Londres.
Elle disparut comme une colombe d'or.
Le monde te l'a enseignée,
ainsi ta beauté ne fut plus de la beauté.

 

Mais tu étais toujours une enfant,
sotte comme l'antiquité, cruelle comme le futur,
et entre toi et ta beauté possédée par le Pouvoir
prirent place toute la stupidité et la cruauté du présent.
Tu la portais toujours comme un sourire entre les larmes,
impudique par passivité, indécente par obéissance.
Elle disparut comme une blanche colombe d'or.

 

Ta beauté qui a survécu au monde antique,
réclamée par le monde futur, possédée
par le monde présent, devint un mal mortel.

 

Maintenant les frères aînés, enfin, se retournent,
suspendent pour un moment leurs jeux maudits,
se détournent de leur inexorable distraction,
et se demandent: « Est-ce possible que Marilyn,
la petite Marilyn, nous ait montré la route? »
Maintenant c'est toi,
celle qui ne compte pas, la pauvre, avec son sourire,
c'est toi la première au-delà des portes du monde
abandonné à son destin de mort.


1963

 

traduction d’Annick Bouleau et de Stefano Bevacqua, paru en 1981 dans les Cahiers du Cinéma, numéro « Hors série Pasolini cinéaste ».