BDSM Shibari AURORAWEBLOG

 

Si la photo est bonne, avais-je écrit…

Les Tiennes ne le sont jamais vraiment mais c’est tout de même le seul moyen que nous ayons de figurer ici, sur le blog, ensemble, Toi derrière l’objectif, moi devant…

Nous conférer ainsi un peu de réalité. Montrer que je ne me cache pas sous les œuvres des autres : modèles superbes et magiciens de l’image.

Que je suis une femme comme toutes les autres. Que photographie un homme comme tous les autres.

 

 

J’ai longtemps envié les statues.

Je n’ai jamais pensé un seul instant qu’elles puissent être vides ou compactes au contraire.

Ou bien froides encore.

J’ai toujours su les fluides qui roulaient en elles comme torrents chauds.

Me voici marbre vif à mon tour.

Le sortilège réalisé d’un seul fil qui s’enroule et sinue, qui m’enveloppe dans cette toile d’araignée.

Immobile enfin dans la lueur des bougies.
Marionnette, poupée.

Je ne peux pas bouger.

Le bambou à mes pieds finit de me « japonaiser ».

Sage comme une image.

Et si douce.

 

Ma vie pourtant bouillonne entre ces liens.

C’est Toi qui viens de me statufier ainsi, c’est Toi qui me donnes cette vie.

 

Je suis tenue, retenue, contenue.

Mais pas nue.

L’impudeur, ce serait pour moi d’en montrer plus que ce que je laisse voir sur la plage en été.

 

Ici, le souvenir d’une heure qui bascule entre la fin de la nuit et le début du jour.

Une rencontre avec des gens qui, de derrière, passent soudain devant l’écran.

Bel instant de complicité immédiatement installée.

 

Et puis, un peu à l’écart, Ton tissage rapide.

Notre jeu d’amour à nous .

Dans cet endroit que j’aime bien.

J’ai longtemps cru que derrière le rideau il y avait une pièce secrète.

La pièce du fantasme…

De mon fantasme.

 

Derrière la tenture, en fait, seulement la sortie.

Ou l’entrée.

 

 

 

 

PS Art : A VOIR ABSOLUMENT.

 

 

 

 

 

 

tags technorati :