bdsm amour AURORAWEBLOG

                                 Photo Luis Durante

 

Une ardente fusion qui se termine en braises au bout du tout petit matin… Je sais bien  ce que je Te dois à Toi qui T’endors comme un roc, dans un seul souffle et bien avant moi.

Je parcours de la pulpe de mes doigts ces variations graphiques en relief . Je me relis et me relis encore : chaque signe est un mot, chaque surélévation une phrase. Tu m’as gravée, muet, attentif à l’extrême, Tu m’as écrite comme une page blanche toujours recommencée.

Je suis mes hiéroglyphes, je voyage sur mes calligrammes. C’est un langage abstrait et pour toujours abscons à tout autre que nous.

Tu bouges et Ta jambe vient enserrer les miennes. Ton sommeil ne Te rend pas moins possessif. Je m’évade, glissant comme une source agile. Tu me sens remuer et en propriétaire vagabondant pourtant au pays de Morphée, Tu encercles ma taille, je ne peux plus bouger.

Je cherche mon sommeil en relisant ma peau, Ton parchemin.

J’égrène lentement mon chapelet de mots.

Et quand j’en perds le fil, je plonge dans le noir…

Je pars, chemine…

 

 

 

 

 

 

tags technorati :