Photo Peter Da Silva

 

Comme un oiseau qui vole, mais retenu au sol, comme une apesanteur, silence et puis torpeur.

Il faut imaginer les bras plus haut, étirés jusqu’au ciel, la danseuse de bolero figée sur sa stèle.

Et la musique est là pourtant qui va et vient et s’en allant, ramène sa vague sans fin.

 

La ballerine et la mouette, l’étoile et puis la marionnette, fidèles au seul tireur de fils qui les anime et leur instille le goût sucré salé des larmes lorsqu’elles se mêlent au sourire, un clair sourire qui désarme, une larme qui veut tout dire…

 

 

 

 

 

tags technorati :