Françoise d’Eaubonne écrivain, féministe, écologiste, s’est éteinte en dormant, un livre de Dostoievski, négligemment posé sur ses draps, signe de suprême élégance...

 

                                

 

Annabel, la muse tropézienne, s’en est allée, elle, rejoindre sur la pointe des pieds son Pygmalion, Bernard Buffet.

 

Encore deux lumières qui s’éteignent, d’avoir été des phares en un siècle qui s’éloigne de plus en plus.

 

Nostalgie…