Photo David Miller

 

 

 

Je serai magicienne. C’est bien mon tour de l’être. D’apparaître derrière Toi, sur le toit, de disparaître tout aussitôt. D’avoir les gants et le chapeau, le lapin blanc et les tarots.

Et ballerine aussi comme dans un film muet, en noir et blanc très désuet, sorte de pantomime  ou bien de mimodrame, des mimiques et une trame.

 

Je serai tous les personnages. Toutes les femmes en une seule. Pour T’émerveiller.

Je serai la furie, la sage, l’inaccessible et la veule, la trop sucrée, la trop salée.

Et musicienne encore avec un accordéon un peu désaccordé pour Te faire sourire.

Clown au nez poudré d’or sous les lampions illuminés pour Ton plaisir.

 

Car de m’être donnée et que Tu m’aies reçue, le plus beau à Te rendre serait pour un instant au travers des années, des rides du vécu, Te faire réapprendre tous tes rires d’enfant…