Photo : Auteur Inconnu ( me signaler svp son nom )

 

 

« Rien de plus violent que la douceur. »

Nicolas de Staël.

 

 

Lorsqu’ils furent blanchis, polis comme galets au passage des heures, lorsque leurs peaux huilées furent des peaux brûlées et que ne brillaient plus dans la pénombre sourde que les très lourds bijoux de l’ilote barbare, ses membres en mortes feuilles sur les bras du fauteuil, alors ils s’apaisèrent.

Ils étaient devenus l’un à l’autre pareils, dévastés, épuisés, ils n’avaient plus de voix, plus de force non plus.

Tout juste celle encore de se tenir serrés dans l’instinctif besoin de ne pas séparer et ce que le désir et ce que le plaisir venaient d’unir sans fin…

Roi nu et reine nue non de leurs corps sans voile mais seuls dépossédés de leur rage et fureur.

La violence fertile des heures précédentes leur laissait la douceur en mémoire évidente.

 

Ils étaient accrochés : les voilà rapprochés dans un silence étanche orphelin de paroles et leur chambre soudain fut la yourte mongole. D’où ils partirent alors au royaume des songes et dans la paix des loups.

 

 

Tu sais de quoi je parle, mon Empereur Mandchou…